DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'auteur de l'attentat de New York inculpé de terrorisme

Vous lisez:

L'auteur de l'attentat de New York inculpé de terrorisme

Taille du texte Aa Aa

L'auteur de l'attentat du métro new yorkais va être inculpé de terrorisme

Au lendemain de l'attaque, cinq chefs d'accusation ont été retenus contre Akayed Ullah, un immigré de 27 ans originaire du Bangladesh

L'homme, arrivé aux Etats-Unis avec un visa de regroupement familial en 2011, sera poursuivi notamment pour "utilisation d'armes de destruction massive", "pose d'une bombe dans un lieu public", et "soutien à l'Etat Islamique".

Radicalisation sur internet

"Comme nous le soupçonnions, il a également admis qu'il s'était inspiré de l'Etat islamique pour mener à bien son attaque. Il a avoué s'être radicalisé en ligne via la propagande du groupe Etat Islamique, depuis 2014", a indiqué Joon Kim, le procureur fédéral de Manhattan lors d'une conférence de presse ce mardi.

Toujours d'après le procureur, Akayed Ullah a également déclaré vouloir se venger des frappes américaines contre l'Etat Islamique notamment en Syrie et dénoncer la politique américaine au Moyen-Orient.

Il a commencé à réunir "il y a deux à trois semaines" le matériel nécessaire à la fabrication d'une bombe artisanale - des guirlandes électriques, une pile de 9 volts, des vis de métal - qu'il a assemblé dans son appartement, selon les enquêteurs.

Un message s'adressant directement à Donald Trump

Peu avant de déclencher la bombe lundi, il a posté un message sur Facebook mettant en cause le président américain : "Trump, tu as échoué à protéger ton pays".

La police, qui a fouillé son appartement, dans un quartier à forte population immigrée bangladaise de Brooklyn, a aussi retrouvé une note où il avait écrit : "oh Amérique, meurs dans ta propre rage".

Si le procureur a souligné que l'enquête n'était pas terminée, les informations révélées à ce stade confirment qu'Akayed Ullah n'avait aucun antécédent criminel et s'est radicalisé aux Etats-Unis, où il a travaillé d'abord comme chauffeur de taxi, puis comme électricien.

Un haut-responsable bangladais du contre-terrorisme a confirmé que son nom ne figurait pas "sur notre longue liste de personnes radicalisées ou membres de groupes terroristes", même si les autorités de ce pays en majorité musulman continuent à interroger son entourage.

Il encourt la prison à perpétuité, voire la peine de mort, le président Donald Trump s'étant prononcé pour les peines "les plus dures" face aux terroristes, même si la procédure serait longue et compliquée.

La vie reprend son cours à New York 

La sécurité a été renforcée dans le métro et dans les transports publics à New York, mais la vie semble avoir repris son cours pour les 8,5 millions d'habitants de la ville, non sans une pointe d'anxiété.

"On n'est pas en sécurité à New York. Ça va se reproduire, on a juste eu de la chance hier que ce mec ait fait une erreur", estime Brandon Infante, un usager du métro.

"Evidemment, on est inquiet, mais à part ça, tout a l'air normal, chacun vaque à ses occupations", commente Clare Karabarinde, qui emprunte elle aussi le métro de New York.

Trois personnes ont été blessées, ce lundi matin, suite à l'explosion partielle de la bombe artisanale du suspect dans les couloirs du métro entre Times Square et Port Authority, une gare routière où transitent 65 millions de voyageurs chaque année.

"Il a choisi l'endroit et l'heure pour maximiser le nombre de victimes", a souligné le procureur Joon Kim.

Avec AFP et Reuters.