DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Verdissement des entreprises : "à voir"

Vous lisez:

Verdissement des entreprises : "à voir"

Taille du texte Aa Aa

Impliquer le secteur privé et les investisseurs dans la lutte contre le changement climatique... A priori, cela relève du bon sens. Ils n'ont d'ailleurs pas attendu d'être sollicités. A grands coups de communiqués, des poids lourds, notamment une cinquantaine de groupes comme Adidas, Philips ou Unilever, appellent à "une action climat ambitieuse". D'autres annonçent même des chiffres, à l'image de ces 89 entreprises françaises qui disent investir 320 milliards d'euros dans le climat. Alors assiste-t-on à un vrai changement de modèle ? L'eurodéputé vert Yannick Jadot reste sur ses gardes :

"Certaines entreprises sont incontestablement sincères, reconnaît cet élu européen, que ce soit Schneider ou Saint-Gobain par exemple. Ca fait des années que ces entreprises promeuvent la transition énergétique et sont avec nous quand il s'agit de poser des règles, des réglementations à l'échelle européenne. D'autres entreprises sont clairement dans des opérations de greenwashing, je pense notamment à ArcelorMittal qui au niveau européen combat toute politique de réduction des émissions de gaz à effet de serre, toutes les mesures qui pourraient mieux contrôler le marché carbone. Et donc là, on est clairement dans du greenwashing. Je crois qu'il faut faire attention à ce que ce volontarisme des entreprises, qui peut parfois être une bonne chose, ne masque pas parfois la forêt de leurs activités de lobby qui vont à l'encontre des efforts et des politiques publiques.

Et puis vous savez, quand la Société Générale, BNP ou Crédit agricole suppriment quelques grosses opérations de financement notamment sur le charbon, c'est lié à la mobilisation de la société civile qui a dénoncé ces pratiques, dénoncé les double-discours plus qu'à une stratégie interne d'aller dans le bon sens."