DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Qui est AKK, celle qui pourrait succéder à Angela Merkel ?

Vous lisez:

Qui est AKK, celle qui pourrait succéder à Angela Merkel ?

Taille du texte Aa Aa

Angela Merkel s'est enfin décidée, après 12 ans à la tête de l'Allemagne et 17 ans à la présidence de son parti conservateur, la CDU. Ce lundi à Berlin, la chancelière a fait la courte échelle à Annegret Kramp-Karrenbauer en la présentant officiellement comme son futur bras droit. Cette femme de 55 ans, surnommée par facilité "AKK" ou bien plus sévèrement "Mini-Merkel", a ainsi été confirmée par toute la presse allemande comme la dauphine, amenée à remplacer Angela Merkel au plus haut niveau dans quatre ans, ou même moins...

Cette décision tant attendue permet à la chancelière allemande de faire taire, au moins provisoirement, ses détracteurs de l'aile la plus à droite de la CDU (l'Union démocrate-chrétienne). La contestation interne, rarement vue jusqu'à présent, a débuté à la suite du mauvais score des conservateurs aux dernières élections législatives, et ne fait que s'amplifier depuis qu'Angela Merkel a dû faire des concessions aux sociaux-démocrates du SPD pour co-gouverner avec eux.

Même caractère, même vision politique

Annegret Kramp-Karrenbauer accédera au poste de numéro 2 de la CDU dès lundi prochain 26 février, lors du congrès du parti qui se tiendra à Berlin. Le secrétaire général actuel, Peter Tauber, souhaite démissionner pour raisons de santé. Mariée, mère de trois enfants, AKK a les mêmes traits de caractère que la dirigeante allemande, elle a également le même style vestimentaire, classique et strict. La religion les différencie, puisque Merkel est protestante et Kramp-Karrenbauer catholique, mais elles sont pratiquantes, l'une comme l'autre.

Ce qui compte surtout, c'est que ces deux femmes partagent la même ligne politique, le même cap au centre, alors que la poussée de l'extrême droite en Allemagne fait dire à certains conservateurs qu'il faut durcir le discours. Toutefois, AKK semble un peu plus ferme sur le thème des migrants. Elle a déjà remporté une victoire symbolique, en mars 2017, en restant à la tête du gouvernement régional de la Sarre, qu'elle dirige depuis 2011. Mais beaucoup lui reste à faire pour conquérir les coeurs au niveau national...