DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les femmes en Europe vues au travers de huit statistiques

Vous lisez:

Les femmes en Europe vues au travers de huit statistiques

Taille du texte Aa Aa

Les mères seules

En Europe en 2016, 7,7% des femmes âgées de 25 à 49 ans vivent seules avec leur(s) enfant(s). Seulement 1,1% des pères sont seul au foyer. En France, la proportion passe de 10,7% de femmes seules avec enfant(s) pour 2,5% hommes. En Belgique, 9,2% des foyers monoparentaux sont constitués par la mère et ses enfants contre 1,3% de foyer construit autour du père.

Le partage des tâches domestiques

A travers l’Europe en 2016, 92% des femmes âgées de 25 à 49 ans, mère d’au moins un enfant de moins de 18 ans ont déclaré s’occuper quotidiennement de leur enfant contre 68% des hommes.

Concernant les tâches domestiques, la disparité est encore plus grande : 79% des femmes déclarent cuisiner ou s’occuper de la maison quotidiennement contre 34% des hommes. Les plus grandes différences sont à constater en Grèce avec une répartition (85% des femmes pour 16% des hommes) et en Italie (81% contre 20%). La Suède est plus égalitaire avec 74% des femmes et 56% des hommes. En France 80% des femmes s’impliquent tous les jours dans leur foyer contre 36% des hommes. Le rapport est presque similaire en Belgique (81% contre 33%).

Les femmes en position d’encadrement

En moyenne en Europe seules 33% des femmes qui travaillent occupent une position de manager. Ce taux ne dépasse pas 50% dans aucun pays de l’Union. La France et la Belgique affiche cette même moyenne. La plus grande proportion de femmes en position d’encadrer des équipes en Europe se trouve en Lettonie (47%) suivie de la Pologne et de la Slovénie (41%).

Les femmes en politique

Les femmes sont minoritaires dans toutes les représentations à travers l’Europe. Elles ne comptent que pour un peu plus de 35% des députés au Parlement européen. Ce taux chute à 29% de l’ensemble des Parlements nationaux (fin 2017).

On compte seulement 10 chefs d’Etats ou de gouvernements sur les 58 que l’on dénombre dans l’Union européen et en Norvège.

Enfin, seules huit des 27 commissaires européens sont des femmes.

La différence des salaires

En moyenne en Europe en 2015, les femmes gagnent 16,3% de moins que leur homologues masculins, lorsqu’on compare les salaires horaires bruts moyens.

Les plus grandes disparités salariales se constatent pour les postes d’encadrants où les femmes managers gagnent 23% de moins que les hommes. Les postes d’employés de bureaux ou des commerciaux ou professions de service sont plus équitables avec une disparité de “seulement” 8%.

La répartition des types d'emplois

La répartition des emplois en Europe est encore très genrée. En 2016, les cinq types d’emploi les plus féminisés étaient le soin à la personne (89%), les femmes de ménage (84%), les employées de bureau (80%), les postes supports dans la santé telles que les infirmières, ou aide-soignantes (78%) et enfin les enseignantes (71%). Quand les hommes se retrouvent essentiellement dans le BTP (97%) le transport (96%), la métallurgie (96%), ou dans les emplois scientifiques et d'ingénierie, que ce soit les emplois supports (83%) ou cadres (74%).

Le droit à disposer de son corps

La prévalence de la contraception est inégalement répartie en Europe mais frise les 70% selon les estimations des Nations unies pour 2017. Les plus hauts taux se trouvent en République tchèque (76,5%) et en France (68,7%). La Belgique est aussi en haut de tableau avec un taux de 61,8%.

Il reste pourtant des difficultés d’accès à toute forme de gestion par les femmes de leur fécondité avec des besoins non satisfait en terme de planning familial d’un peu plus de 9% à travers l’Europe en moyenne estiment les Nations unies.

Le viol

Les femmes restent les victimes privilégiées des violeurs et, en 2015, 17,9 femmes sur 100 000 ont été victimes de viols à travers l’Europe selon les chiffres d’Eurostat. Sachant que de nombreux faits ne sont pas jugés. En comparaison, seuls 1,8 hommes ont été victimes de viols à la même période.

La taxe tampon

La France a réduit le taux de TVA sur les produits d’hygiènes féminines à 5,5%, au même taux que d’autres produits de première nécessité. Mais tous les pays de l’Union n’ont pas suivi ce mouvement international.

La palme de l’équité revient aux Iles Canaries qui viennent de décider de supprimer complètement la TVA sur ces produits. Et alors même que l’Espagne a appliqué un taux réduit sans supprimer complètement la TVA.

L’application d’une TVA complète, surnommée “taxe tampon” est encore pratiquée en Grèce, en Allemagne, en Autriche, en Hongrie, en Suisse ou en Italie.