DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Enterré au pays... 74 ans après la guerre

Vous lisez:

Enterré au pays... 74 ans après la guerre

Taille du texte Aa Aa

Marc Cooche n'avait que douze ans quand un avion s'est écrasé sur les terrains agricoles de sa famille, dans le département français du Nord. C'était une semaine avant le débarquement allié en pleine Seconde Guerre mondiale.

"On a entendu un 'boom' et puis des flammes de 4 ou 5 mètres de hauteur", se souvient le Français, qui a aujourd'hui presque 80 ans. "On entendait encore des tirs".

Le pilote qui se trouvait dans l'A P-47 Thunderbolt était Américain : Frank Fazekas Sr. est mort à 22 ans. Le cratère créé par l'impact a rapidement été recouvert, pour que le champs puisse redevenir cultivable.

De l'autre côté de l'Atlantique, son fils Frank Fazekas Jr. n'avait que six mois. Il est devenu pilote de chasse comme son père, dont il n'a connu que les lettres et les photographies.

"Je l'ai toujours considéré comme un héros", explique Frank Fazekas Jr. qui à 74 ans, n'avait jamais pu se recueillir sur la tombe de son père. Il pensait que ce dernier avait été enterré dans un cimetière en Belgique.

Sa vie a pris un tournant en 2015 quand ce dernier a reçu un appel particulier : "On m'a dit : "Ici l'Université du Wisconsin. Nous savons où l'avion de votre père s'est écrasé et ses restes n'ont jamais été sortis de terre", se souvient-il.

Les chercheurs de l'Université, en partenariat avec le département américain de la Défense, tentent de localiser les dizaines de milliers de dépouilles d’Américains (elles seraient plus de 80 000) qui gisent encore anonymement sous terre.

Des débris et des restes humains appartenant à Frank Fazekas Sr. ont en effet pu être localisés en France, grâce aux indications de Marc Cooche.

Frank Fazekas Jr. s'envole donc pour la France et participe aux recherches. Il se lie d'amitié avec Marc Cooche, qui habite toujours à une centaine de mètres. "C'était comme une famille", explique le fils du pilote disparu.

Une plaque en mémoire du pilote américain sera dressée en mai au monument aux morts du village de Buysscheure, près de Dunkerque. Un bâtiment de la commune sera rebaptisé "centre culturel Frank Fazekas".

Frank Fazekas Sr. a enfin pu rentrer chez lui. Il doit être enterré ce mercredi dans un cimetière de Virginie, aux côtés des cendres de sa femme.