DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Maison de l'horreur à vendre : celle de Landru, tueur en série français

Vous lisez:

Maison de l'horreur à vendre : celle de Landru, tueur en série français

Taille du texte Aa Aa

Le fantôme de Landru, qui hante à peu près sûrement la maison où le tueur en série français sacrifiait ses victimes féminines, peut se réjouir. Il ne restera pas seul car la demeure, située dans le village de Gambais, en région parisienne, est en vente ; l'information a été révélée par le quotidien français L'Echo Républicain. Les propriétaires l'occupaient depuis une quarantaine d'années mais ils se sont apparemment lassés de son "charme"...

Au moins deux agences immobilières ont relevé le défi de la vendre mais la tâche est loin d'être facile. Les annonces insistent sur le beau parc arboré d'environ 6 000 m2, que l'on peut apercevoir à travers le portail d'entrée en fer forgé, au bord d'une route départementale. Mais elles ne font qu'une discrète allusion au lourd passé - voire sordide - de la bâtisse : on a le choix entre deux formules, "Très belle maison chargée d'histoire" * ou "Maison au passé historique". Le prix de vente est de 450 000 euros.

Le monstre faisait sa "cuisine" macabre à Gambais

Henri Désiré Landru avait choisi l'endroit pour sa tranquillité, tout près de la forêt de Rambouillet, et aussi pour sa facilité d'accès, à seulement une quarantaine de kilomètres de Versailles, dans le département des Yvelines. Le séducteur invétéré y amenait ses conquêtes, rencontrées grâce à des petites annonces publiées dans la presse, se faisant passer pour un veuf alors qu'il était marié. Puis, se transformant en monstre à l'intérieur de la maison de Gambais, il y tuait les femmes prises au piège, coupait leur corps en morceaux avant d'en faire brûler une partie dans une cuisinière.

L'enquête, menée après l'incarcération de Landru en mai 1919, a conclu que 11 femmes avaient ainsi péri de février 1915 à janvier 1919. Leurs noms figuraient d'ailleurs dans un petit carnet noir que le criminel tenait avec soin pour faire les comptes des sommes d'argent qu'il volait à ses victimes. Condamné à mort à l'issue d'un procès qui défraya la chronique judiciaire, l'homme que l'on considère comme le premier tueur en série français fut guillotiné le 25 février 1922 à Versailles. Il avait 52 ans.

Au cas où vous seriez encore tenté d'acheter la "très belle maison chargée d'histoire" (voir ci-dessus), sachez qu'après avoir été pillée quelque temps après l'exécution de Landru, elle avait été transformée en restaurant baptisé - ça ne s'invente pas - "Au grillon du foyer" ; l'établissement a été fermé en 1940. Quant à la cuisinière de l'horreur, vendue et revendue plusieurs fois, elle appartient désormais à l'animateur français de radio et de télévision *Laurent Ruquier, qui s'intéresse depuis longtemps à l'histoire du plus célèbre des résidents du village de Gambais.