DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Belarus, nouvel eldorado technologique ?

Vous lisez:

Le Belarus, nouvel eldorado technologique ?

Le Belarus, nouvel eldorado technologique ?
Taille du texte Aa Aa

Dans les rues de Minsk, capitale du Belarus, l'héritage de l'époque soviétique est encore bien présent.

Mais aux abords de la ville se dresse le nouveau visage d'un parc technologique sur lequel ce pays de quelques 10 millions d'habitants, fonde l'espoir d'un nouvel essor économique. Le Belarus, future Silicon Valley de l'Europe de l'Est ? C'est l'ambition du gouvernement belarusse, dit son ministre des affaires étrangères, Vladimir Makei

"En 2005, nous avons crée le parc technologique et aujourd'hui les entreprises du site exportent près d'un million de dollars en services à l'étranger. Nous voulons faire du Belarus un pays high tech", explique-t-il

Le Belarus, un bon plan

Les investisseurs étrangers représentent plus d'un tiers des quelques 160 entreprises du secteur. L'an dernier, un décret sur le développement de l'économie digitale offrant des avantages fiscaux considérables, a ouvert de nouvelles perspectives.

Autre valeur ajoutée du pays, son capital humain, souligne le responsable d'une plateforme d'information ciblant les investisseurs.

"Nous avons ici des success stories. Par exemple Viber, la célèbre messagerie a été développée au Belarus, le jeu World of Tanks a été développé au Belarus. Le coût de la main d'oeuvre de talent au Belarus est beaucoup plus bas qu'en Israël ou dans la Silicon Valley. Et d'une façon générale, les coûts de fonctionnement d'une entreprise ici sont beaucoup plus bas qu'à Berlin ou Paris par exemple", analyse Vitali Valianiuk, PDG de Probusiness.by

Les technologies au service de l'information

Les technologies de l'information portent aussi la promesse de nouveaux espaces de liberté. C'est notamment l'espoir du monde médiatique, muselé par le régime autoritaire du president Loukashenko, nous dit la responsable du "Press Club Belarus", Yuliya Slutskaya.

"Tous les médias sont des médias gouvernementaux, financés par l'Etat, et très contrôlés. Depuis 20 ans, les médias indépendants ont été jetés hors du marché, par diverses formes de répression. Si ce secteur se développe bien, peut-être qu'il y aura de nouveaux investisseurs, et peut-être que les médias trouveront un second souffle", espère-t-elle.

L'innovation au service du social

Faire bouger le pays par l'innovation, c'est le pari de "l'équipe d'Imenamag. Un magazine online, mais aussi une ong, entièrement financée par le crowdfunding. Objectif : mener campagne pour résoudre des problématiques sociales négligées par l'Etat.

"les gens ont l'habitude de lire et voir qu'il y a beaucoup de problèmes sociaux au Belarus, mais qu'ils ne peuvent rien y faire. Nous on est apparu pour donner aux gens un outil qui leur permet d'avoir une influence, pour résoudre un problème", selon Ekaterina Siniuk, responsable d'Imenamag.by

Maltraitance d'enfants, pauvreté, carences médicales, Imena a déjà financé plusieurs projets sociaux à travers le pays.

Pour Ekaterina Siniuk, "le Belarus change grâce à la nouvelle génération qui arrive, grâce aux technologies qui changent le contexte de n'importe quel pays. Et au Belarus, qui est au centre de l'Europe, ce contexte change aussi."