DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Chine et Etats-Unis enterrent la hache de guerre commerciale

Vous lisez:

Chine et Etats-Unis enterrent la hache de guerre commerciale

Taille du texte Aa Aa

Il n'y aura pas de guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis. Promesse faite par les deux premières puissances économiques mondiales, après plusieurs jours d'intenses négociations à Washington qui ont abouti à un début d'accord.

Le vice-premier ministre chinois Liu He, proche du président Xi Jinping, était reçu cette semaine par l’exécutif américain pour tenter de trouver une issue au conflit qui oppose Pékin et Washington depuis l'élection de Donald Trump.

Dans un communiqué commun publié samedi, Pékin s'est engagé à augmenter "significativement" ses achats de marchandises américaines et à ouvrir davantage son marché. Les chiffres n'ont pas été rendus publics.

Pendant la mise en place de ce "cadre", comme l'a décrit le secrétaire américain au Commerce Steven Mnuchin, les deux pays s'engagent à suspendre l'augmentation de leurs droits de douane respectifs. Mais si la Chine ne tient pas ses engagements, la Maison Blanche pourra "remettre en oeuvre" ses tarifs, a prévenu le Secrétaire américain au Trésor.

Donald Trump espère réduire de 200 milliards de dollars le déficit commercial des Etats-Unis avec la Chine (environ 375 milliards en 2017), qu'il accuse de pratiques commerciales "déloyales", de transferts de technologies "forcés" ou encore de "vol de la propriété intellectuelle" des entreprises américaines.

Pour durcir le ton, l'administration Trump avait relevé les taxes sur une série de marchandises chinoises. La Chine était frappée de droits de douanes de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium. Elle était sous la menace de nouvelles taxes sur 50 milliards de dollars de marchandises.

Les discussions sont suivies de près en Europe, alors quel'UE est elle aussi sous la menace de taxes sur l'acier et l'aluminium. "Les Etats-Unis et la Chine risquent de se mettre d'accord sur le dos de l'Europe si l'Europe n'est pas capable de montrer de la fermeté", a estimé le ministre français des Finances Bruno Le Maire.