DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ligue des champions: chez les femmes aussi, Aulas a été visionnaire

Vous lisez:

Ligue des champions: chez les femmes aussi, Aulas a été visionnaire

Ligue des champions: chez les femmes aussi, Aulas a été visionnaire
Taille du texte Aa Aa
Président de l'Olympique lyonnais, Jean-Michel Aulas a donné une impulsion décisive au développement du football féminin, bousculant les conservatismes et collectionnant les trophées: son club espère remporter jeudi contre Wolfsburg sa cinquième Ligue des champions, un record. "On ne peut pas reprocher à un entrepreneur de vouloir aller à ce rythme", fait remarquer Brigitte Henriques, vice-présidente déléguée de la FFF, où "JMA" siège au Comité exécutif. "Sa vision a permis d'accélérer le développement du football féminin. Lyon est l'un des rares clubs à y investir autant d'argent avec le PSG. Il partage cette vision avec (le président de la FFF) Noël Le Graët depuis plusieurs années. C'est une chance. Il a été le premier après (l'ancien président de Montpellier) Louis Nicollin à professionnaliser la discipline", poursuit la dirigeante fédérale. A l'origine, c'est Thierry Braillard, alors adjoint aux sports de la Ville de Lyon (2001-2014) et par la suite secrétaire d'Etat aux Sports (2014-2017), qui a proposé à JMA de reprendre au sein de l'Olympique lyonnais la section féminine du FC Lyon, quatre fois championne de France (1991, 1993, 1995, 1998). "Il est parfois critiqué mais c'est un passionné et, après réflexion, l'idée l'a séduit", témoigne l'ancien membre du gouvernement. Au départ, il a fallu convaincre au sein même de l'OL où tout le monde n'était pas persuadé du bien fondé de voir débarquer le football féminin. Mais comme chaque fois, il a su imposer sa vision des choses. "Il a professionnalisé le football féminin, imposant à la Fédération de créer une convention pour les joueuses car elle n'avaient pas de statut. Il a donné le coup de pouce qu'il fallait. Les joueuses reconnaissent que c'est de l'amour qu'il leur donne", reconnaît Thierry Braillard. "Les résultats qu'elles obtiennent sont aussi liés à cela. Cela ne se règle pas seulement à coups de millions d'euros", estime-t-il encore. - "Il y a cru" - En 2017, cela a sans doute contribué à la prolongation de contrat pour cinq ans, jusqu'en 2022, de la défenseure et capitaine Wendie Renard, alors courtisée avec insistance par le PSG et des clubs anglais comme Arsenal, Manchester City ou Chelsea. L'internationale française ne tarit pas d'éloges et de reconnaissance pour le patron de l'Olympique lyonnais: "Déjà, avant toute chose, on peut lui dire merci d'avoir cru au football féminin, même s'il ne faut pas oublier Louis Nicollin qui a été le premier à le soutenir", souligne-t-elle. "Après la fusion avec le FC Lyon, dans sa tête, il voulait la Ligue des Champions. Il s'est donné les moyens de pouvoir la gagner, et nous en a donné les moyens, en recrutant des joueuses de haut niveau chaque année, en développant une section compétitive et professionnelle", raconte Wendie Renard. "Il est très attentionné. C'est notre premier supporter. Il investit mais on sent qu'il y a une passion derrière tout cela, le football. Aujourd'hui, nous le lui rendons bien. On sent quelqu'un de différent quand il est avec nous, par rapport à ce qu'il est avec les garçons", poursuit-elle. - Respect - Capable de traverser l'Europe de l'Espagne à la Russie pour aller soutenir son équipe féminine, Jean-Michel Aulas est un vrai catalyseur pour ses joueuses. "Cela donne une bonne pression. On se dit +respect+. On a pas le droit de le décevoir, de faire n'importe quoi. Quand on a un tel président qui croit en nous comme cela, la moindre des choses est de lui rendre sur le terrain, en respectant déjà le maillot. Il nous dit qu'il est fier de nous, qu'il a confiance en nous. On essaie toujours de faire le maximum pour lui", conclut-elle. Et sans doute, jeudi avant d'affronter Wolfsburg, Jean-Michel Aulas saura encore trouver les mots pour galvaniser ses joueuses.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.