DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'imprévisible Trump signe puis retire sa signature du communiqué final du G7

Vous lisez:

L'imprévisible Trump signe puis retire sa signature du communiqué final du G7

L'imprévisible Trump signe puis retire sa signature du communiqué final du G7
Taille du texte Aa Aa

Avec Donald Trump, l'improbable est toujours possible. Le président des Etats-Unis avait à peine quitté ses partenaires du G7, samedi 9 juin 2018, au Canada, que, d'un tweet envoyé depuis son avion, Air Force One, il annonçait retirer la signature de son pays du communiqué commun final... qu'il avait pourtant approuvé quelques heures plus tôt.

"Nous nous dirigeons vers des représailles, en appliquant aux Etats-Unis des taxes douanières équivalentes aux leurs"

Justin Trudeau ¨¨¨Premier ministre canadien

Ce texte avait été laborieusement rédigé au terme de deux jours de discussions, afin de sauver l'image d'un sommet marqué par de profondes divergences entre les participants sur la question commerciale. Le président est "en colère", a confié un haut responsable de la Maison Blanche. Explication de texte : il a très mal pris les propos tenus par le Premier ministre canadien Justin Trudeau lors de la conférence de presse finale, le qualifiant même de "malhonnête et faible".

"Les taxes américaines sur l'acier et l'aluminium vont compliquer la renégociation de l'accord sur le libre-échange nord-américain (Alena), avait déclaré le chef du gouvernement canadien. Nous nous dirigeons, avec regret mais avec certitude et fermeté, vers des mesures de représailles au 1er juillet, en appliquant aux Etats-Unis des taxes douanières équivalentes à celles qu'ils nous appliquent de manière injuste."

Le président Trump avait, pour sa part, accusé ses partenaires de considérer les Etats-Unis comme "la tirelire que le monde entier pille. Ça ne peut pas continuer comme ça. Ce n'est pas une question d'espérer que ça change, ça va changer." Et il avait semblé plaider pour une baisse générale des taxes douanières.

Au sortir de ce sommet, Etats-Unis d'un côté, Union européenne, Japon et Canada de l'autre, s'orientent vers une guerre commerciale ouverte. Loin, très loin, des espoirs d'apaisement de ses participants.

L'Allemagne, en particulier, a tout à craindre d'un relèvement des taxes sur l'importation des automobiles. Ce secteur représente, en effet, le quart de ses exportations vers les Etats-Unis.