DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Alaphilippe: Et en plus il gagne au sprint!

Vous lisez:

Alaphilippe: Et en plus il gagne au sprint!

Alaphilippe: Et en plus il gagne au sprint!
Taille du texte Aa Aa

Julian Alaphilippe (Quick-Step), meilleur grimpeur du dernier Tour de France, a remporté la Clasica San Sebastian cycliste, samedi, en battant au sprint le Néerlandais Bauke Mollema (Trek-Segafredo), une course marquée aussi par l'abandon sur chute de deux des favoris: Egan Bernal et Mikel Landa.

"J'ai vécu une belle saison", s'est exclamé le puncher français, en faisant allusion aux deux étapes de montagne enlevées lors de la dernière Grande Boucle (10e et 16e).

"J'étais bien placé pour cette course. J'ai attendu jusqu'au dernier moment parce que je savais que la montée (du Murgil Tontorra) était très difficile et, quand Mollema a décidé d'y aller, je l'ai suivi", a ajouté Alaphilippe, accompagné sur le podium par son compatriote Anthony Roux (Groupama) après avoir réglé le sprint du peloton, 16 secondes plus tard.

Alaphilippe, deux fois 2e dans la Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège (2015), et Mollema, vainqueur de la Clasica (2016), avaient, en effet, réussi l'échappée décisive à 8 km de la ligne après plusieurs tentatives avortées, grâce notamment au travail des formations BMC, Astana et Trek Segafredo.

Le profil de l'édition 2018 de la Clasica était taillé sur mesure pour les "montagnards" avec, en début de course, trois cols de 3e catégorie, et un de deuxième, l'Alto de Iturbutu, pour la mise en jambes juste avant la zone de ravitaillement. Les coureurs ont dû effectuer dans la foulée la première montée du Jaizkibel, un col de première catégorie, suivie par le second col de 2e catégorie, l'Arkale qui a, comme prévu, fait son travail de sélection.

- Traumatisme pour Bernal et Landa -

Mollema et son équipe ont pris le contrôle de la course en durcissant la dernière montée du Murgil Tontorra, très courte mais pentue (22%), pour réduire à une vingtaine de coureurs le peloton des favoris.

Après le démarrage du jeune Néerlandais Antwan Tolhoek, suivi par le seul Rudy Mollard, Mollema a décidé de jouer son va-tout. Mais il a été rapidement rejoint par Alaphilippe, Greg Van Avermaet de la BMC et le reste des rescapés se montrant incapables de les suivre.

Le duo comptait une quinzaine de secondes d'avance au dernier sommet, une avance rapidement doublée grâce aux efforts conjugués des deux compères dans la descente de huit kilomètres jusqu'à la ligne d'arrivée où Alaphilippe a mené de bout en bout le sprint victorieux.

Anthony Roux a pris la 3e place devant Van Avermaet et Julien Simon qui complète ainsi la bonne performance d'ensemble des Français.

En fait, la course s'était aussi jouée lors d'une chute, à 20 km de l'arrivée, qui a envoyé à l'hôpital le Colombien Egan Bernal (Sky) et l'Espagnol Mikel Landa (Movistar). Outre ces deux favoris, Primo Roglic, Gorka Izagirre et Tony Gallopin, vainqueur en 2013 et 2e en 2016 et 2017, font également partie des victimes de marque.

Selon Sky, "Egan (Bernal) est conscient après sa chute". "Il souffre d'un grave traumatisme au visage et va subir des examens complémentaires pour identifier la gravité de sa blessure", a ajouté la formation britannique sur son compte Twitter.

Un communiqué médical publié plus tard indique que le Colombien souffre d'un "traumatisme facial grave (...) une fracture nasale et une blessure maxillaire".

"Du calme, je vais bien", a expliqué Mikel Landa, selon le compte Twitter de son équipe, Movistar même si selon un communiqué médial, l'Espagnol souffre d'un "traumatisme lombaire".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.