DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ligue 1: les entraîneurs Tuchel, Vieira et les autres, ouvrez le banc

Vous lisez:

Ligue 1: les entraîneurs Tuchel, Vieira et les autres, ouvrez le banc

Ligue 1: les entraîneurs Tuchel, Vieira et les autres, ouvrez le banc
Taille du texte Aa Aa

Ces entraîneurs découvrent la Ligue 1, et la Ligue 1 va les découvrir, à partir de la première journée ce week-end: petit aperçu de six personnages en quête de hauteur dans le classement du championnat.

. Tuchel, objectif Europe

Il s'agit de conserver la main sur la scène nationale mais surtout d'emmener le PSG loin en Ligue des champions. Thomas Tuchel (44 ans) succède à Unai Emery, resté bloqué aux 8e de finale de C1, en apportant une touche plus humaine que l'Espagnol jugé distant: l'Allemand s'est d'emblée montré complice avec ses nouveaux joueurs, tactile, souriant, volontiers chambreur. Notamment avec la star Neymar. Les images de la préparation et du Trophée des Champions (son premier titre avec le club de la capitale, acquis 4-0 face à Monaco samedi dernier) ont quelque peu adouci la réputation martiale de ce végétarien, soucieux des gains marginaux (sommeil, alimentation etc.) et aux exigences tactiques très pointues. Il s'est fait connaître à Mayence puis reconnaître à Dortmund, n'hésitant pas à s'appuyer sur les jeunes. Il parle le français mais se dit plus à l'aise en anglais; qu'importe, c'est l'européen qu'il doit maîtriser.

. Vieira, le grand saut du grand Pat'

C'est une nouvelle vie qui s'ouvre pour Patrick Vieira, à Nice, non loin de Cannes où il a fait ses débuts de joueur professionnel. A 42 ans, l'ex-coach des U21 de Manchester City (2013-2015) puis du New York City FC (2016-2018) joue gros avec son image, en tant que troisième champion du monde seulement à entraîner en L1 après Didier Deschamps (Monaco, Marseille) et Laurent Blanc (Bordeaux, PSG). "Il est tolérant mais sait recadrer quand nécessaire. Il fait passer le collectif avant toute autre considération. Une mentalité saine", assure à l'AFP Christophe Jallet. "Carlo Ancelotti avait à Paris un peu le même style d'échauffement. Il y a une séance vidéo sur l'adversaire ou sur une de nos séances avant l'entraînement pour définir les axes de travail", détaille le latéral. Pour le président Jean-Pierre Rivère, "l'objectif est de continuer à faire grandir le club", notamment en retrouvant l'Europe, fréquentée trois fois sur les six dernières saisons.

. Cardoso, un formateur à Nantes

"On a un beau centre de formation (le cinquième de France selon la FFF, ndlr) et on l'a un peu oublié la saison dernière. Il est important que le coach principal soit en contact permanent avec la jeunesse. On veut redevenir un club formateur et avoir des résultats", a dit le président de Nantes, Waldemar Kita, pour présenter Miguel Cardoso. C'est un Portugais inconnu qui succède à un prestigieux Italien, Claudio Ranieri. Le nouvel entraîneur, 46 ans, a mené le club modeste de Rio Ave à une belle cinquième place dans le Championnat portugais, pour sa première expérience comme numéro 1, après avoir été adjoint pendant une dizaine d'années puis officié auprès des jeunes du Shakhtar Donetsk. A charge pour le cornac des Canaris de favoriser l'éclosion des pépites du centre de formation, de faire mieux que la 9e place finale de Nantes la saison dernière et de bien s'entendre avec son bouillant président...

. Mercadal, le pari de Caen

C'est un sacré pari qu'a fait le club normand en nommant Fabien Mercadal: à 46 ans, cet entraîneur n'avait jamais connu l'élite comme joueur ni entraîneur. Et il a connu deux expériences seulement en L2, l'une amère à Tours et l'autre réussie au Paris FC la saison dernière, achevée sur une belle 8e place alors que le club parisien semblait promis à l'ascenseur vers le National. Mercadal, "c'est un grand bosseur, avec beaucoup de charisme, un gagneur et un meneur d'hommes", avait souligné le nouveau président normand Gilles Sergent en présentant le Méridional.

. Guion et Blaquart, les promus

Pour les entraîneurs des deux clubs promus en L1, il s'agit de surfer sur la dynamique de la montée, afin de se maintenir dans l'élite.

David Guion (50 ans) n'est pas totalement novice en L1: il avait pris les rênes de l'équipe de Reims dans l'élite brièvement en toute fin de saison 2015-2016. Mais la saison dernière fut la sienne, avec un titre de champion de L2 remporté haut la main. Il doit désormais construire une nouvelle alchimie après le départ de quatre cadres.

Bernard Blaquart (60 ans) a ramené Nîmes en L1 après 25 ans d'absence. Ce formateur dans l'âme avait auparavant réussi à maintenir les Crocodiles en L2 en 2016 malgré huit points de pénalité. Il a déjà annoncé qu'il ne comptait pas renier ses principes offensifs, matérialisés dans un système en 4-2-4.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.