Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Covid-19 : l'Union européenne en ordre dispersé

Access to the comments Discussion
Par euronews
La campagne de vaccination des enfants de 5 à 11 ans a débuté en Italie, Espagne, Finlande, Allemagne, Autriche et France
La campagne de vaccination des enfants de 5 à 11 ans a débuté en Italie, Espagne, Finlande, Allemagne, Autriche et France   -   Tous droits réservés  Tamas Vasvari/MTVA - Media Service Support and Asset Management Fund   -  

Le débarquement du variant Omicron met à mal le Pass sanitaire européen instauré l'été dernier et la libre circulation des citoyens en Europe. Le Portugal, l'Irlande, la Grèce et l'Italie exigent un test de dépistage du Covid-19 pour les voyageurs européens entrant dans le pays, même s'ils sont entièrement vaccinés, et ce, au moins jusqu'à la fin de l'année.

La France, elle, a imposé de sévères restrictions de voyages avec le Royaume-Uni, mais elle tente de préserver, et l'utilité du Pass sanitaire, et la libre circulation des Européens :

"Nous n'envisageons pas de mettre des tests en place ( ndlr: pour les citoyens des pays de l'Union européenne), parce que nous sommes attachés au bon fonctionnement de notre espace commun et parce qu'à partir du moment où tel ou tel variant et dans un des pays de l'Union européenne, très vite il se diffuse dans les autres", a expliqué Emmanuel Macron lors de son point presse à Bruxelles, aux côtés du chancelier allemand.

De l'autre côté de la Manche, les Britanniques, qui ne font plus partie de l'Union européenne, n'ont d'autres choix que d'annuler leurs vacances dans les stations de ski françaises et de rester chez eux où les cas de contamination viennent encore de battre un record, avec heureusement un taux de mortalité moins élevé.

La campagne de vaccination connaît un nouvel élan. Tout comme en Allemagne. mais il y aurait un problème de stock de doses de vaccins et de lenteur de la vaccination comme l'explique le ministre de la santé, Karl Lauterbach, ministre allemand de la Santé :

"Nous avons besoin d'environ 50 millions de doses de rappel et de 20 millions de doses de premier et second vaccins. Cela signifie que la demande actuelle n'est pas entièrement couverte. Ce n'est pas le point le plus important. Il faut savoir que si nous attendons ces livraisons (programmées) pour la campagne de rappel, ce sera tout simplement trop lent, la campagne de rappel ne sera terminée que fin mars."

En cette fin d'année, la crise sanitaire n'en finit pas de déstabiliser l'Europe. En Grèce, par exemple, le gouvernement a modifié les restrictions pour les voyageurs trois fois au cours des dernières 24 heures. Et l'Union européenne a du mal à donner une direction commune...

Sources additionnelles • AP, AFP