Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Au Maroc, des manifestations contre la hausse des prix et la corruption

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Manifestation à Rabat le 20 février 2022
Manifestation à Rabat le 20 février 2022   -   Tous droits réservés  Mosa'ab Elshamy/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.   -  

Au Maroc, des manifestations hostiles au gouvernement ont éclaté ce dimanche à Rabat et dans d'autres villes du pays.

Hausse des prix

A l'origine de la colère, la baisse du pouvoir d'achat sur fond de hausse des prix des matières premières, en particulier des céréales et du pétrole.

Les manifestants dénoncent en parallèle les inégalités sociales grandissantes et la corruption de la classe dirigeante.

"L'État s'est engagé dans une lutte de pouvoir avec les hommes et les femmes marocains, il a impacté leurs moyens de subsistance. Nous demandons à l’État marocain de stopper cette politique impopulaire qui cible les poches des citoyens", Abderrazek Boughanbour, militant des droits de l'Homme.

Nous demandons à l’État marocain de stopper cette politique impopulaire qui cible les poches des citoyens.
Abderrazek Boughanbour
militant des droits de l'Homme

L'anniversaire du Printemps arabe marocain

Cette manifestation visait aussi à commémorer l'anniversaire du "Mouvement du 20 février", l'équivalent du Printemps arabe marocain qui avait éclaté en 2011 pour réclamer plus de démocratie.

"Nous devons résister à la tyrannie et à la corruption. Il faut se débarrasser de cet État policier et construire une démocratie qui promeut dignité, la liberté, de l'égalité et de la justice sociale", souligne Abdelhamid Amine, leader du Frond démocratique marocain.

Construire une démocratie qui promeut dignité, liberté, l'égalité et justice sociale
Abdelhamid Amine
Leader du Frond démocratique marocain

Face à la hausse des prix de l'alimentation, l’État marocain a annoncé pour cette année une enveloppe de 3,8 milliards de dirhams (environ 350 millions d'euros) pour la subvention du prix de la farine, alors que le secteur agricole est durement impacté par la sécheresse.