This content is not available in your region

Les douanes suisses examinent l'importation mystérieuse de trois tonnes d'or russe

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
Image d'illustration : douaniers suisses en train de contrôler le chargement d'un camion
Image d'illustration : douaniers suisses en train de contrôler le chargement d'un camion   -   Tous droits réservés  Office fédéral de la douane et de la sécurité des frontières (OFDF)

D'où vient cet or russe et comment est-il arrivé en Suisse ? Et qui l'a fait venir ? Les douanes helvètes  sont en train d'examiner les récentes importations dans la Confédération de ce métal précieux en provenance de Russie à la lumière des sanctions économiques, annoncent-elles ce vendredi. Les questions autour de ce mystérieux arrivage restent pour l'instant sans réponse.

En mai, trois tonnes d'or venant de Russie ont été importées dans le pays alpin, qui compte de nombreuses raffineries, pour fondre des lingots, avait révélé ce mardi l'agence Bloomberg.

De l'or russe a ainsi trouvé le chemin de la Suisse pour la première fois depuis le début de la guerre en Ukraine, avait précisé l'agence financière, le mystère restant pour l'instant entier quant au nom de l'importateur.

Une valeur de plus de 190 millions d'euros

Ces trois tonnes d'or, d'une valeur de 194 millions de francs suisses (191 millions d'euros), sont arrivées en Suisse en provenance du Royaume-Uni mais leur "indication d'origine mentionne la Russie", indique ce vendredi l'Office fédéral de la douane et de la sécurité des frontières (OFDF) dans un communiqué.

"L'OFDF examine les importations concernées au regard des sanctions en vigueur", précisent les douanes, insistant cependant sur le fait que "pour des raisons légales, aucune information sur les importateurs d'or ne peut être fournie". 

Les douanes suisses n'ont ainsi pas précisé, en vertu de ces raisons légales, le moyen de transport avec lequel cet or est entré en Suisse. 

L'exportation d'or vers la Russie est interdite par le régime de sanctions en place. Mais l'importation d'or provenant de Russie vers la Suisse n'est en revanche "pas interdite par l'ordonnance instituant des mesures liées à la situation en Ukraine", expliquent les douanes dans le communiqué.

Depuis le 7 mars, les lingots fabriqués par des raffineries russes ne peuvent en revanche plus être négociés en Suisse. "Toutefois, les lingots fabriqués par des raffineries russes avant le 7 mars 2022 peuvent en principe continuer à l'être", ajoutent-elles.

En outre, l'OFDF, que nous avons contacté, a indiqué se charger "de clarifier, dans le cadre de ses compétences, si l'or est lié à des personnes sanctionnées. En cas d'importations par des banques, des raffineries ou d'autres opérateurs économiques du secteur financier, ces derniers sont tenus de procéder à une vérification à cet égard en vertu de la loi sur le blanchiment d'argent".

"L'or douteux n'a pas sa place en Suisse"

Ce Jeudi, l'Association suisse des fabricants et commerçants de métaux précieux (ASFCMP) a indiqué dans un communiqué avoir été en contact avec ses membres et a assuré "qu'aucun d'entre eux n'est à̀ l'origine de ces importations".

Cette fédération, qui regroupe les 14 principales entreprises suisses spécialisées dans la transformation et le commerce des métaux précieux, a cependant appelé ses membres à la vigilance, leur recommandant d'agir "avec la plus grande précaution" et à s'abstenir "en cas de doute".

"L'or douteux n'a pas sa place en Suisse", a-t-elle martelé dans le communiqué.

Ses 14 membres représentent à eux seuls 90% de l'or fondu en Suisse.