Les Égyptiens demandent le retour de la pierre de Rosette conservée à Londres

La pierre de Rosette au British Museum à Londres (Angleterre) - 11.10.2022
La pierre de Rosette au British Museum à Londres (Angleterre) - 11.10.2022   -   Tous droits réservés  CARLOS JASSO/AFP
Par Euronews  avec AP

Ramenez la pierre de Rosette à la maison. C'est la demande de plus en plus insistante de l'Egypte au British Museum à Londres, là où la dalle est conservée depuis 1802.

Le bloc de granit découvert trois ans plus tôt dans le delta du Nil par les Français, récupéré par les Britanniques, a joué un rôle décisifdans le décryptage des hiéroglyphes. Mais depuis plusieurs années, des voix s'élèvent pour réclamer son retour en Egypte. Parmi elles, celle de l'égyptologue Monica Hanna. 

"Aujourd'hui, la pierre de Rosette est pour moi un symbole du colonialisme occidental sur ma culture. Elle représente un butin de guerre et incarne la violence culturelle. Et je ne demande pas seulement son rapatriement, je forme aussi des générations d'étudiants qui deviendront des chercheurs pour continuer le combat jusqu'à ce que la pierre de Rosette soit de retour en Égypte."

La chercheuse a lancé une pétition en ligne pour exiger le retour de la pierre de Rosette en Egypte. Celle-ci a déjà recueilli plusieurs milliers de signatures. Tout comme celle de son confrère Zahi Hawass, égyptologue et ministre des Antiquités égyptien, qui cumule près de 150 000 soutiens. 

Le musée britannique se défend de toute spoliation et s'appuie sur un traité de l'époque signé par un représentant Egyptien. Il ajoute dans un communiqué que sur les 28 copies connues de la pierre, 21 se trouvent en Egypte.

Pour justifier leur détention de trésors mondiaux, les musées occidentaux mettent aussi souvent en avant la qualité des infrastructures d'accueil des œuvres d'arts.

Repenser le rôle des musées

Le débat sur la propriété des objets anciens est un défi croissant pour les galeries européennes et nord-américaines. Monica Hanna insiste : "il est grand temps, au 21e que le British Museum renouvelle son rôle de musée. Selon moi, il est resté un cabinet de curiosité typique du 19e siècle. Il doit trouver une nouvelle vision et une nouvelle philosophie. La restitution et le rapatriement sont au cœur de cette nouvelle philosophie."

Les chercheurs estiment que 85 à 90% du patrimoine africain se trouve à l'extérieur du continent.