Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Que devient l'Europe de la défense ?

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Que devient l'Europe de la défense ?

<p>Dans un contexte de conflits en Afrique, les coupes dans les budgets de la défense en Europe sont-elles dangereuses ? Les missions européennes se retrouvent sous-armées et débordées.<br /> Les gouvernements nationaux contrôlent jalousement leurs propres armées et protègent les emplois générés par la fabrication de matériel militaire. <br /> Mais il y a de l’espoir : les dirigeants européens ont donné leur accord à la construction d’un drone européen et de nouveaux satellites. Le Commandement européen du transport aérien organise l’acheminement commun de troupes et d‘équipements. <br /> Mais alors que les violences s’avèrent persistantes en Afrique et ailleurs, combien faudra-t-il d’Etats à la dérive et de réfugiés affluant sur les côtes européennes avant que l’Union n’agisse de manière plus décisive ?</p> <p>Parmi nos invités, Arnaud Danjean, président de la sous-commission Sécurité et Défense au Parlement européen, estime que “l’Union devrait être plus solide militairement, mais évidemment,” poursuit-il, “ces efforts doivent être associés à une politique de développement très forte.” </p> <p>Quant à ces “groupements tactiques” de l’UE pensés comme une force d’intervention rapide commune, Jean-Pierre Maulny, directeur-adjoint de l’Institut de relations internationales et stratégiques (<span class="caps">IRIS</span>), juge qu’ils ne sont pas contradictoires avec une position européenne de “puissance douce” : “vous pouvez agir comme une “puissance douce” et avoir besoin d’une force d’intervention rapide,” dit-il avant d’ajouter : “la difficulté consiste probablement à aboutir à une utilisation plus modulable de ces “groupements tactiques” auxquels participeraient les pays qui peuvent réagir rapidement en cas de crise.”</p> <p>Enfin, Ian Anthony, directeur du programme “sécurité européenne” à l’Institut international pour la recherche sur la paix de Stockholm, rappelle que “l’Europe a particulièrement intérêt à ce que l’Afrique soit prospère et stable. C’est une région du monde où l’on attend une croissance économique rapide, où se trouvent de grandes opportunités,” insiste-t-il. “L’Europe est en train d’adopter une approche d’ensemble en matière d’engagement où la composante militaire ne représente que l’un des éléments,” assure-t-il.</p>