Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Maroc : développement rural et création de coopératives

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Maroc : développement rural et création de coopératives

<p>Le manque de pluie a amené les agriculteurs à changer de technique d’irrigation et de production. C’est le cas ici au Maroc dans la province de Al Haouz près de Marrakech. </p> <p>Des nouveaux systèmes d’irrigation ont été mis en place avec des aides gouvernementales et d’organisme comme le <a href="https://operations.ifad.org/web/ifad/operations/country/project/tags/morocco/1526/project_overview">Fida</a>, le fond international de développement agricole. </p> <p>Abdeslam Batrah est un oléiculteur : “Nous avons connu une époque difficile. Une période pendant laquelle on a utilisé l’eau de la rivière Saquia et c‘était difficile parce que ça prenait beaucoup de temps. On n’avait pas beaucoup d’eau et c‘était cher. Avec l’installation du goutte à goutte ça va mieux. Avec les olives on peut gagner de l’argent. On a aussi les fèves et les haricots verts qui nous ont permis de vivre. Mais en 2000 et avant c‘était vraiment difficile et les sécheresses étaient très mauvaises.”</p> <p>Un programme a aussi été mis en place pour lutter contre l‘érosion liée aux pluies torrentielles avec notamment les cultures en terrasse et la plantation d’arbres à même de mieux fixer les sols. </p> <p>Désormais 60% des Marocains vivent dans des zones urbaines. Pour prévenir la désertification des campagnes, le gouvernement encourage la création de coopératives.</p> <p>Ici ils ont créé une coopérative avec un moulin pour traiter les olives. Cette coopérative produit aussi de la viande et du miel.</p> <p>Najia El Ghouet préside la coopérative agricole des femmes : “Avec une nouvelle culture et une nouvelle technique on a commencé à produire l’huile d’olive d’une façon extraordinaire avec une nouvelle façon d’extraire l’huile et du coup on peut mieux la vendre. Maintenant les femmes à la campagne ont profité de tout ça elles disposent de leur propre argent, elles ne doivent plus demander l’argent à leur mari. Nous avons un projet d‘élevage de mouton, nous avons l’huile d’olive, le miel, le savon. Donc les femmes n’ont plus à attendre l’aide financière de leur mari par exemple pour acheter les médicaments pour les enfants ou pour la rentrée scolaire. Elle a toujours de l’argent sur elle.”</p> <p>Des réalisations concrètes alors que proche de là à Marrakech étaient réunies 200 nations dans le cadre de la <span class="caps">COP</span> 22.</p>