DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grève générale en Grèce

Vous lisez:

Grève générale en Grèce

Taille du texte Aa Aa

A l’appel des syndicats du privé et du public, des centaines de milliers de Grecs sont descendus dans les rues d’Athènes pour protester contre les licenciements et les bas salaires. Un grec sur cinq touche moins de 5.000 euros par an. En mars, 4.000 personnes se sont retrouvées au chômage. La crise économique frappe tout le monde.

“La crise a atteint notre secteur” explique cet ouvrier du bâtiment. “Des emplois ont été supprimés. Le chômage augmente et nos employeurs nous exploitent. Ils réduisent les salaires en expliquant que c’est la faute de la crise, une crise créée par la ploutocratie.” Les manifestants dénoncent un régime politique dans lequel le pouvoir appartient aux classes riches, comme les manifestants rassemblés à Londres pour le G20. C’est la seconde journée de mobilisation nationale organisée contre la politique du gouvernement conservateur depuis décembre et la bavure policière qui a coûté la vie à un adolescent de 15 ans. Cette mort avait provoqué un mois d‘émeutes urbaines. Depuis le gouvernement fait face régulièrement à des attaques et attentats perpétrés par des groupuscules d’extrême-gauche. Pour l’heure, cette nouvelle mobilisation n’a pas été émaillée de violences: les écoles, les ports sont fermés. Trains, métros et bus sont à l’arrêt. Le trafic aérien est perturbé et les hôpitaux ne gèrent que les urgences.