DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Copenhague: la dernière journée n'aura servi à rien

Vous lisez:

Copenhague: la dernière journée n'aura servi à rien

Taille du texte Aa Aa

Après des mois de préparation, après 13 jours de discussions, cette réunion de la dernière chance organisée dans la nuit d’hier entre les dirigeants des plus grands pays n’aura pas évité le semi-échec du sommet de Copenhague

Mais comme l’ont dit plusieurs chefs d’Etat avant de quitter la capitale danoise, il valait peut être mieux obtenir un mauvais accord plutôt que rien du tout.

Finalement après des heures de session plénière les représentants de l’ONU au premier rang desquels le Secrétaire général Ban Ki-Moon, sont parvenus à faire accepter cet accord de Copenhague. Ce texte a minima que certains considèrent comme vide de sens a provoqué la colère de plusieurs pays, irrités d’avoir été tenus à l‘écart.

C’est le cas du représentant du petit archipel de Tuvalu, un chapelet de neuf îles situées dans le Pacifique sud. Une nation de 26km2 menacée de disparition par la montée des eaux.

Autres pays mécontents, le Soudan, le Venezuela, et la Bolivie qui s’est dite “offensée” par l’absence de “démocratie et de transparence”.