DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Fondation Anna Lindh

Vous lisez:

La Fondation Anna Lindh

Taille du texte Aa Aa

La société Gallup a été chargée par la Fondation Anna Lindh de mener la première enquête euroméditerranéenne sur les tendances interculturelles. Ce sondage, unique par son ampleur, a l’objectif ambitieux d’évaluer les véritables points de convergence et de différences dans l’opinion publique et les attitudes au sein de l’Euro-Méditerranée. L’enquête euro-méditerranéenne sera renouvelée tous les trois ans, sur un échantillon prélevé au hasard parmi la population, à raison de 1000 entretiens par pays, chaque pays étant choisi sur la base d’une participation annuelle tournante. La première enquête a été menée en août et septembre 2009 dans plusieurs pays européens et des pays du littoral méditerranéen Sud et Est. Les pays européens concernés par cette première enquête étaient la France, l’Allemagne, la Grèce, l’Espagne, la Suède, le Royaume-Uni, la Hongrie et la Bosnie-Herzégovine. Parmi les pays du littoral méditerranéen
figuraient la Turquie, l’Egypte, le Liban, la Syrie et le Maroc.

Les indicateurs portaient sur la diversité culturelle, la connaissance des différences culturelles, les espaces de rencontre, les appartenances à des identités multiples, la religion, les perceptions mutuelles et le dialogue interculturel. Grâce à ces indicateurs, les écarts de perceptions et les incompréhensions concernant les différences et divergences actuelles entre les peuples et les communautés
des deux côtés de la Méditerranée devraient se réduire. Le résultat attendu est le renforcement du dialogue avec la perspective à long terme de la transformation de l’espace méditerranéen en une « zone de coopération, d’échanges, de mobilité et de paix », telle qu’elle est mentionnée dans les valeurs principales ambitieuses et pourtant si humanistes de la Fondation.

Une bonne image partagée mais des perceptions différentes de la région. Les répondants des pays européens et des pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée ont une perception bien différente les uns des autres de la région méditerranéenne. Lorsqu’ils ont été interrogés sur les pays qui leur venaient spontanément à l’esprit en pensant à cette région, les Européens ont eu tendance à faire référence aux pays européens des rives de la Méditerranée, tandis que les répondants des pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée citaient davantage leurs pays voisins.

Ainsi, les pays les plus fréquemment mentionnés par les répondants européens en pensant à la région méditerranéenne ont été l’Italie (72%), l’Espagne (65%), la Grèce (54%), la France (39%) et la Turquie (30%) et, pour les répondants du Sud et de l’Est méditerranéen, l’Égypte (38%), la Syrie (36%), le Liban (34%) et le Maroc (28%). Toutefois, dans les deux groupes de pays, un cinquième à un quart des répondants ont mentionné un pays de l’autre groupe. Par exemple, dans le groupe des pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée, une même proportion a cité l’Italie (26%), l’Espagne (24%), la France (22%) et la Turquie (21%). En général, les Européens interrogés ont mentionné davantage de pays que ceux du Sud et de l’Est de la Méditerranée.

Statistiques
· 42% des habitants du Sud et de l’Est de la Méditerranée ont un ami en Europe
· 63% des Européens n’ont jamais visité un pays du Sud ou de l’Est de la Méditerranée
· 64% des Européens et 76% des habitants du Sud ou de l’Est de la Méditerranée n’ont eu aucun contact avec une personne d’un pays de l’autre groupe au cours de l’année passée
· 62% des Européens, contre seulement 45% des habitants du Sud et de l’Est de la Méditerranée sont persuadés qu’il existe des points communes avec les pays de l’autre groupe
· 64% des Européens préfèrent élever leur enfant sur la base de principes de solidarité familiale et de respect des autres cultures alors que 59% des habitants du Sud et de l’Est de la Méditerranée préfèrent élever leur enfant en s’appuyant sur des valeurs et croyances religieuses
· 79% des Européens et 69% des habitants du Sud et de l’Est de la Méditerranée pensent que les médias n’ont pas amélioré l’image des populations de l’autre groupe de pays.