DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Damien Hirst: «L'art ne doit pas avoir peur de l'argent"

Vous lisez:

Damien Hirst: «L'art ne doit pas avoir peur de l'argent"

Taille du texte Aa Aa

Damien Hirst est considéré comme l’artiste vivant le plus riche de la planète. Ses œuvres sont des icônes de ce début de 21e siècle. Mais, peut-être plus que l’art, c’est l’argent qui fait parler de lui. En 2008, alors que le monde de la finance s’effondre,
la vente de ses oeuvres chez Sotheby’s rapporte 200 millions de dollars.

Euronews l’a rencontré à Kiev, en Ukraine, où il participait au “Future Generation Art Prize” de la Fondation Pinchuk.

Ricardo Figueira, Euronews

Damien Hirst, bonjour et merci d‘être avec nous. Ma première question est simple. Je voudrais vous demander: l’argent et le succès changent-ils l‘âme d’un artiste ?

Damien Hirst

Je ne crois pas. Il est beaucoup plus difficile de faire bien de l’art, quand, soudain, vous avez de l’argent. Lorsque vous n’en avez pas, ça vous amène à être créatif. Van Gogh l’a montré. Mais je pense que l’art ne doit pas avoir peur de l’argent non plus. J’ai eu de la chance parce qu’un chef d’entreprise m’a appris très tôt à ne pas chercher à gagner de l’argent avec l’art. Mais que l’argent doit servir à faire de l’art. N’oubliez pas, l’argent est une moyen, pas un objectif.

Ricardo Figueira

Et comment faites-vous de l’art avec de l’argent?

Damien Hirst

Vous savez, les idées viennent en premier et l’argent sert juste à faire bouger les choses. Vous n’utilisez pas l’art pour gagner de l’argent, vous utilisez l’argent pour faire de l’art.

Ricardo Figueira

Votre travail le plus célèbre est “Pour l’amour de Dieu”, qui est un crâne, un crâne humain couvert de diamants …

Damien Hirst

Arte povera…

Ricardo Figueira

Arte ricca, dans ce cas … Art riche. Dites-moi, est-il vrai que vous l’avez vendu 50 millions de livres?

Damien Hirst

Au moment de le vendre, la personne qui voulait l’acheter ne l’a pas acheté, mais nous avons fini par le vendre … J’en ai vendu le tiers à un groupe d’investisseurs.

Ricardo Figueira
Parce qu’il y a eu une polémique …Certains disent que c’est faux, qu’il n’a pas été vendu, que vous faites partie de ce groupe d’investisseurs.

Damien Hirst

En fait, je ne l’ai pas vendu en entier. White Cube, ma galerie, en possède 10%. Ensuite, le consortium en a acheté un tiers et moi je possède le reste. J’en ai donc vendu un tiers.

Ricardo Figueira

Vous confirmez donc que c’est l‘œuvre la plus chère jamais vendue par un artiste vivant?

Damien Hirst

Je ne sais pas.

Ricardo Figueira

C’est ce que j’ai lu….

Damien Hirst

Vraiment? Je ne sais pas au juste. Mais c’est très élevé…

Ricardo Figueira

Et pourquoi ce nom «Pour l’amour de Dieu”? Par religion?

Damien Hirst

En Angleterre, «pour l’amour de Dieu» a deux sens : le premier au sens propre, vous faites quelque chose pour l’amour de Dieu. Mais c’est aussi exclamation, “Pour l’amour de Dieu!”, si vous faites quelque chose de mal… Votre mère vous dirait, si vous cassez un plat: «pour l’amour de Dieu, pourquoi as-tu fait ça?”. C’est emblématique et ironique. Il y a les deux significations.

Ricardo Figueira

La mort est un thème récurrent de votre travail. Avez-vous peur de mourir, ou est ce juste une fascination?

Damien Hirst

Je l’attends avec impatience!

Ricardo Figueira

Vraiment?

Damien Hirst

Non… Samuel Beckett a dit un jour une belle chose au sujet de la mort, qu’elle n’est jamais en congé, qu’elle peut frapper à tout moment. J’aime cette idée. La mort, c’est l’inconnu … On ne peut jamais complètement planifier, car on ne sait jamais. Quand j‘étais plus jeune, on m’a appris à regarder en face les choses qu’on ne peut pas éviter. Et la mort est vraiment l’une des choses que vous ne pouvez pas éviter. Plutôt que de ne pas en parler, il faut lui faire face. Ca doit être quelque chose de normal, en somme. Mais personne ne l’aime…

Ricardo Figueira

Qu’est devenu le marché de l’art ces dernières années?

Damien Hirst

Eh bien… c’est comme tous les marchés, les marchés changent … Je pense que c’est plus sain depuis la crise. Comme je l’ai dit avant, en tant qu’artiste, si tout le monde achète tout ce que vous faites et puis le revend, et que ça continue comme ça: acheter, revendre, acheter et revendre, vous gagnez beaucoup d’argent et alors vous pouvez vous prendre pour ce que vous n‘êtes pas. Maintenant je pense que c’est beaucoup plus sain. En tant qu’artiste, vous ne voulez pas d’un art qui bouge dans tous les sens. L’idéal, c’est que quelqu’un achète une oeuvre, la mette sur le mur et qu’elle y reste. Je sais que personne ne gardait ses peintures avec un tel marché, avec cette folie. Les gens achetaient des tableaux pour les vendre. Tout le monde est devenu marchand d’art, tout le monde vendait, et c’est devenu … Je veux dire, si je peins des points, je veux que les gens voient des points, mais beaucoup de gens voyaient des dollars. Ce n’est pas vraiment de l’art. Mais c’est génial que l’art puisse survivre dans un marché. Et c’est le plus important.

Ricardo Figueira

Vous êtes ici à Kiev, en Ukraine, pour ce «Future Generation Art Prize”. Nous faisons cet interview tout près des œuvres de l’un des participants. Est-ce important pour vous de participer à ce genre d’initiative?

Damien Hirst

Tout le monde commence comme jeune artiste. Je pense que c’est génial. Il faut encourager … Ce que fait Viktor Pinchuk est fantastique. Il encourage les artistes du monde entier, il aide à les faire connaître. Lorsque Viktor m’a demandé de faire partie des artistes associés à ce prix, j’ai dit oui, si le prix c’est beaucoup d’argent. Et je pense qu’il représente beaucoup d’argent. Quand j‘étais à Londres, j’ai remporté le prix Turner qui était de

20 000 livres, beaucoup d’argent à l‘époque. Ca aide vraiment… Je pense que toute aide aux artistes est bénéfique parce que, vous savez, il y a beaucoup beaucoup plus d’artistes affamés et sans le sou dans le monde, que d’artistes riches.

Ricardo Figueira

Vous êtes ici aux cotés d’autres grands artistes, comme Jeff Koons. Est-il vrai qu’il y a une petite rivalité entre vous et Koons, ou c’est juste quelque chose que la presse raconte?.

Damien Hirst

Non, pas vraiment. J’achète le travail de Jeff, je suis un grand collectionneur et j’aime le travail de Jeff.

Ricardo Figueira

Achète-t-il le vôtre?

Damien Hirst

Je ne crois pas. Je pense qu’il achète de l’art plus ancien. Il est un peu plus âgé que moi, de toute façon. Quand j‘étais un jeune artiste, je suis allé à la Saatchi Gallery et j’ai pu voir Jeff, j‘étais étudiant et Jeff était déjà un grand artiste. C‘était en quelque sorte mon héros. Je ne suis pas le héros de Jeff.

Ricardo Figueira

Qu’attendez-vous pour les prochaines années? Allez-vous continuer sur la même ligne que maintenant?

Damien Hirst

Bien, avec les enchères, j’ai stoppé plusieurs de mes thèmes de travail, j’ai arrêté les papillons, j’ai arrêté tous les travaux au formol. Je fais de nouvelles choses, j’ai débarrassé l’atelier et je vais prendre beaucoup de plaisir, comme au tout début.

Ricard Figueira

Allez-vous continuer avec les crânes?

Damien Hirst

J’ai toujours aimé les crânes. Depuis que ma petite amie m’a dit: «ne fais pas de crânes, ils sont trop à la mode”, ça m’a donné vraiment envie de les faire. C’est pourquoi j’ai fait le crâne aux diamants. Un crâne ne peut jamais être trop à la mode. Comme au Mexiquen, j’ai une maison au Mexique et ils aiment les crânes là bas. C’est un thème d’inépuisable. Et je tiens à continuer à le faire jusqu‘à ce qu’il devienne à la mode, puis se démode, redevienne à la mode, se démode … Je ne sais pas …

Ricardo Figueira

Damien Hirst, je vous remercie beaucoup, c‘était un plaisir de vous avoir. Et… joyeux Noël!

Damien Hirst

Joyeux Noël!