DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dîner de l'Atlantique : trois continents unis contre le trafic de drogue

Vous lisez:

Dîner de l'Atlantique : trois continents unis contre le trafic de drogue

Taille du texte Aa Aa

Luis Carballo, euronews :

“Prendre le pouls des relations transatlantiques, c’est la raison d’être des dîners de l’Atlantique. Depuis 2009, ils sont devenus un lieu d‘échange entre personnalités de premier ordre en Amérique et en Europe, en matière de politique, d‘économie et de culture. Cette année, les invités d’honneur étaient le président colombien, Juan Manuel Santos, et la ministre française des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie”.

Le thème de la soirée organisée à Paris est la place de l’Amérique latine sur la scène internationale. Depuis 1990, une nouvelle Amérique latine s’impose et la région semble avoir brisé le cycle pervers des révolutions violentes, des dictatures et des crises économiques récurrentes qui ont marqué son histoire récente. L’un des défis à relever consiste à corriger les déséquilibres profonds qui persistent.

“ Si il y a bien un problème en Amérique latine et en Colombie, c’est le problème des inégalités dans la répartition des revenus, dans la répartition des richesses et dans le développement des différentes régions, estime Juan Manuel Santos, le président colombien. Ceci est un obstacle à la résussite. Donc, nous voulons réduire ces inégalités. Mais nous voulons aussi lancer un processus de réconciliation pour panser les plaies de la violence qui nous a frappé pendant si longtemps. Cette violence n’a pas cessé”.

La Colombie est en guerre depuis plus d’un demi-siècle. A cela s’ajoute la violence liée au trafic de drogue. Le Plan Colombie et une série de victoires militaires contre la guérilla des FARC, ont permis une acalmie. Mais aujourd’hui, c’est un autre pays qui est déstabilisé.

“ Les succès dans la lutte contre la drogue génèrent malheureusement des problèmes ailleurs, regrète l’ambassadeur de Colombie en France, Fernando Cepeda. Parce que, sans une lutte mondiale, globale et synchronisée, quand on résoud le problème sur un front, il se déplace vers un autre. C’est ce qu’on appelle le “balloon effect” – l’effet ballon. C’est un problème très compliqué. Je crois que le Mexique a des institutions solides et une histoire respectable qui lui permettront, comme cela s’est vu en Colombie, de surmonter le problème et de ne pas devenir un narco-État.”

La lutte contre les cartels de la drogue est à l’agenda de la présidence française du G20, qui commence en ce mois de janvier. La coopération entre les trois continents s’impose face à un phénomène globalisé.

C’est ce sur quoi la chef de la diplomatie française, Michèle Alliot-Marie, a insisté :

“La France veut progresser sur les moyens de mieux lutter contre le trafic transatlantique de cocaïne en renforçant la coopération entre l’Amérique Latine, L’Afrique et l’Europe. Le trafic de cocaïne est un drame pour l’ensemble des pays qui peuvent être concernées.”

Dopée par le boom économique brésilien, l’Amérique latine est en train de s’affirmer dans l’arène internationale. Le Brésil, l’Argentine et le Mexique font déjà partie du G20. Nombre de pays émergents, comme la Colombie, ont un avenir prometteur.

“L’Amérique Latine a un réel potentiel de développement, affirme pour sa part l’ambassadeur chilien en France, Jorge Edwards. Si elle en atteint le seuil d’ici la fin de la décennie, ce sera très bien. En conservant bien sûr la démocratie là où elle est déjà installée, elle peut se rapprocher d’un développement moderne”.

Félix Marquardt est le président fondateur des dîners de l’Atlantique : “c’est notre manière aux dîners de l’Atlantique de dire que L’Atlantique c’est aussi l’Amérique Latine.”

Des dîners de l’Atlantique, il y en a six à huit par an. Le prochain aura lieu en mars.