DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Inspirer les plus petits

Vous lisez:

Inspirer les plus petits

Taille du texte Aa Aa

Les premières années de l’enfance sont celles au cours desquelles le cerveau se développe le plus. Par conséquent, l‘éducation en bas âge est cruciale dans la mesure où elle pose les fondations de l‘épanouissement personnel et social.

Allemagne : école maternelle new age

En Allemagne, comme dans nombre d’autres pays, les écoles maternelles tendent à devenir beaucoup plus qu’une aire de récréation pour les petits. Certaines combinent le jeu avec des techniques d’apprentissage pour stimuler leur goût du savoir. C’est le cas de l‘école maternelle de Wiesengrün, à Fribourg.

C’est en Allemagne qu’est née l‘école maternelle, il y a un peu plus d’un siècle. Un pays où le concept n’a cessé d‘évoluer depuis. Ici, l’enseignement se fait selon la méthode Montessori : les adultes respectent la propension naturelle de l’enfant à apprendre et à s‘épanouir. Ils ne font que fournir le matériel.

Turquie : former les mamans à faire la classe

L’interaction parents-enfant a un gros impact sur le développement des compétences cognitives de l’enfant. A Istanbul, la fondation ACEV pour l‘éducation mère-enfant apprend aux mamans comment stimuler l‘éveil de leur enfant.

En Turquie, près de la moitié des enfants ne vont pas à l‘école maternelle. C’est le cas de Batu, le fils cadet de Sevda. Parce que ses parents n’ont pas suffisamment de moyens, Batu, 6 ans, reste a la maison et n’ira a l‘école que dans un an.

Un handicap dont Sevda a conscience et auquel elle essaie de remédier en lui faisant faire des exercices tous les jours à la maison. C’est la fondation ACEV- pour éducation mère-enfant – qui lui a fourni le matériel.

Inde : les balwadis, un tremplin vers le primaire

Dans les régions rurales et pauvres de l’Inde, les enfants de moins de 5 ans vont rarement à l‘école maternelle. Mis sur pied par des ONG, le projet “balwadis” a pour objectif de remédier au problème, en aidant à scolariser les jeunes enfants issus de milieux défavorisés.

Les balwadis ont pour objectif d‘établir un premier contact entre les enfants et l‘école. L’idée est de les inciter à poursuivre une scolarité en primaire. La lecture et le calcul sont les matières prioritaires. Un enfant analphabète est en effet une proie facile pour les employeurs peu scrupuleux en quête de main d’oeuvre bon marché.