DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les filles et les garçons apprennent-ils mieux quand ils étudient séparément ?

Vous lisez:

Les filles et les garçons apprennent-ils mieux quand ils étudient séparément ?

Taille du texte Aa Aa

Enseigner séparément aux filles et aux garçons boosterait leurs chances de réussite scolaire, c’est en tout cas le point de vue de certains experts et une idée retenue dans un certain nombre de pays où les classes séparées sont à la mode.

Pourquoi les parents choisissent-ils cette option ? Est-ce un bon modèle d‘éducation ? Quels sont les avantages et les inconvénients ?

Dans l’Etat australien de la Nouvelle-Galles du Sud, filles et garçons sont séparés en cours, les autorités étant convaincues que cela améliore la réussite scolaire et le développement personnel. Aujourd’hui, il existe une quarantaine d‘école de ce genre dans le secondaire. Enquête dans la High School Epping Boys à Sydney, un lycée de garçons.

www.eppingboy-h.schools.nsw.edu.au/content/public

“Les écoles non mixtes créent un environnement artificiel”

Séparer filles et garçons à l‘école fait forcément débat : les résultat sont-ils meilleurs ? Cette séparation n’est-elle pas dangereuse ?

Pour l’Américaine Lise Elliot, professeur en neurosciences à la Chicago Medical School, “Il n’existe aucune différence au niveau cérébral qui justifie cette séparation. Et je conteste aussi l’idée selon laquelle filles et garçons apprendraient différemment (…) Il n’y a aucune raison psychologique ou neurologique pour séparer filles et garçons à l‘école(…) Le problème avec ces écoles non mixtes c’est qu’elles créent un environnement artificiel. Le monde n’est pas unisexe. Nous pensons même que séparer les filles des garçons est préjudiciable.”

Pas de différence entre ‘il’ et ‘elle’

Réduire les inégalités liées au genre requiert une éducation appropriée. C’est la philosophie des crèches en Suède. Ici, les enfants apprennent qu’il n’y a aucune différence entre ‘il’ et ‘elle’.

Comment les professeurs mettent en pratique cette approche ? Exemple à la garderie de Nikolyegourden où les enfants sont encouragés à penser par eux-mêmes d’abord en tant que personne, ensuite en tant que fille ou garçon. Ici pas de genre non plus pour les jouets qui sont unisexes, filles et garçons jouent aussi bien à la poupée qu’aux jeux de construction.

www.smh.com.au/lifestyle/life/genderfree-preschool-sparks-controversy-20110628-1go9e.html

www.dailymail.co.uk/news/article-2008453/School-bans-bid-stop-children-falling-gender-stereotypes.html