DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Silk Road Ensemble: l'Orient et l'Occident réunis dans la musique

Vous lisez:

Silk Road Ensemble: l'Orient et l'Occident réunis dans la musique

Taille du texte Aa Aa

Wu Man et Kayhan Kalhor sont membres du
Silk Road Ensemble, l’orchestre rassemble des musiciens issus d’une vingtaine de pays.

Ce melting-pot artistique fait référence à la célèbre route de la Soie qui a permis aux différentes cultures il y a 2000 ans de se mêler grâce à des échanges commerciaux entre l’Europe, l’Asie centrale et l’Extrême-Orient.

“C’est un pipa historique explique la musicienne Wu Man. Il a été introduit en Perse et en Asie centrale il y a 2000 ans à travers le commerce de la route de la Soie et c’est pourquoi il s’adapte très bien au Silk Road Ensemble. On utilise 5 doigts pour jouer et de faux ongles, c’est une manière très moderne de jouer qui date des années 50, il y avait 4 cordes et des barettes en bambou.”

“Cet instrument est un Kamancheh, il se joue avec un archet et de manière différente des autres instruments à archet indique Kayan Kalhor. Vous inclinez l’archet dans un sens et c’est l’instrument qui bouge, vous le positionner de manière à atteindre les différentes cordres. Cet instrument est probablement un peu différent du violon occidental mais à la base c’est le même concept.
A un moment de l’histoire, cet instrument a fait irruption en Perse et est allé vers l’Est en Chine et au Japon, puis vers l’ouest en Europe.”

La variété des instruments fait de cet ensemble un orchestre unique, créé en 1998 par le célèbre violoncelliste Yo-Yo Ma. Objectif : échanger des idées. L’ensemble souhaite aussi transmettre ses expériences à la jeune génération.

Pendant sa tournée en Asie, l’orchestre a donné gratuitement des leçons à des enfants dont les familles ne peuvent leur offrir une éducation musicale. Ici à à Séoul, les élèves sont âgés de 8 à 12 ans et jouent dans le Sejong Youth Harmony Orchestra.

“Ce que j’apprécie, c’est de travailler avec des gens qui n’ont pas nécessairement l’occasion et la chance d’intéragir, d’apprendre, d’avoir un contact direct avec la création de quelque chose” souligne le violoncelliste Yo-Yo Ma (…) Je crois que ces expériences, le fait de faire ces formations tout comme les spectacles, la raison de les faire, c’est pour les rendre inoubliables, pour les autres et pour nous-mêmes. Pour les autres parce que vous espérez que ces expériences peuvent s’accumuler et former l’individu.”

Le Silk Road Ensemble est un voyage musical constant, il vient combler le fossé entre musiques orientales et musiques occidentales.“C’est une musique différente, c’est une autre langue, c’est très différent, très coloré, et vous apprenez à penser dans un cadre plus grand que celui dans lequel vous pensez habituellement: votre propre culture musicale” souligne Kayan Kalhor.

Dans ce numéro, vous avez pu entendre des extraits de “Ascending Bird”, arrangé par Colin Jacobsen et Siamak Aghaeiles, membres du Silk Road Ensemble.

Si vous souhaitez écouter d’autres extraits de l’interview (en anglais) réalisée avec le violoncelliste Yo-Yo Ma, le joueur de kamancheh Kayhan Kalhor et la joueuse de pipa Wu Man, merci de cliquer sur le lien suivant :

Bonus Yo-Yo Ma/