DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Comment enseigner les catastrophes ?

Vous lisez:

Comment enseigner les catastrophes ?

Taille du texte Aa Aa

Quel est l’impact des catastrophes naturelles sur la vie des enfants scolarisés ? Dans certaines régions touchées, des enseignants font cours sur ces évènements traumatisants. Objectif : faire prendre conscience de la nécessité de gérer ces drames, améliorer les connaissances sur l’environnement immédiat et aider les plus jeunes à surmonter la tragédie.

Japon : la radioactivité, un défi pour l’enseignement

“ fr.rian.ru “: http://fr.rian.ru/discussion/20120312/193869045.html

Après l’accident nucléaire de Fukushima en mars 2011, de nombreuses familles japonaises vivent dans un environnement contaminé. Les écoles ne font pas exception.

A Minamisoma, à environ 20 kilomètres des ruines de la centrale nucléaire de Fukushima, les dosimètres affichent en moyenne, 0,4 microsieverts par heure. Une quantité non dangereuse d’après les autorités.

Le contenu de l’enseignement a été bouleversé : on parle de radioactivité et des moyens de se protéger tout en évitant de traumatiser les élèves.
Le gouvernement a entamé la décontamination des espaces de jeux et des cours d‘écoles de la ville. Aujourd’hui, les enfants sont obligés de jouer à l’intérieur.

Kenya : étudier malgré la sécheresse

Au Kenya, la sécheresse frappe quasiment tout : les moyens de subsistance, qu’ils soient alimentaire ou financier.
A 16 ans, Ali fait partie de ceux dont la vie a basculé. Il a du quitter sa région et vit aujourd’hui dans des conditions très précaires.

Sa famille vit dans un camp comme de nombreux autres déplacés. La plupart sont arrivés ici il y a quelques mois, pour échapper à une situation d’urgence et trouver de la nourriture et du travail.

Depuis quelques temps, Ali suit des cours au collège de la ville la plus proche. Cet enseignement, espère-t-il, lui permettra de trouver un emploi qui fera vivre sa famille.

Italie : les leçons des inondations

Les inondations en Ligurie à l’automne dernier ont poussé des enseignants à faire étudier à leurs élèves les causes de la catastrophe.
Au collège Ubaldo Mazzini de La Spezia, les enfants réalisent des travaux pratiques en cours de science.
Ils mènent des expériences sur le terrain en prélevant des échantillons du sol.
L’idée, c’est de leur en apprendre plus sur leur environnement et de les sensibiliser à la prévention de telles catastrophes.
Le drame a coûté la vie à l’une des enseignantes de l‘établissement.

A Borghetto di Vara, près de La Spezia, sept habitants ont trouvé la mort. Ici, un glissement de terrain a tout emporté. La sur-construction de la côte et l’absence d’entretien forestier expliquent en partie les coulées.