Fermer
Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?

Skip to main content

Dernière Minute
  • France : le trafic dans le tunnel sous la Manche est de nouveau perturbé. Des CRS ont dû intervenir à cause de nombreuses tentatives d’intrusion de migrants clandestins.
  • Grèce : selon des médias grecs, le Premier ministre, Alexis Tsipras, a informé Bruxelles qu’il examinait les dernières propositions du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.
  • Attentat en Isère : il “correspond très exactement aux mots d’ordre d’Etat Islamique”, selon le procureur de Paris, François Molins, notamment dans la mise en scène de décapitation et l’envoi de photos pour une revendication.
  • Afghanistan : une forte explosion a eu lieu dans le quartier diplomatique de Kaboul ; des ambulances sont en cours d’acheminement mais le nombre éventuel de victimes n’est pas encore connu
  • Liberia : le virus Ebola, pourtant annoncé comme éradiqué du pays, a fait un mort
  • Attentat en Isère : le suspect, Yassin Salhi, a commis “un acte terroriste justifié par des considérations personnelles”, déclare le procureur de Paris.
  • Syrie : c’est la première fois que le groupe Etat islamique décapite des femmes, deux femmes accusées de sorcellerie, rapporte l’Observatoire syrien des droits de l’Homme.
  • Indonésie : un avion militaire s’est écrasé sur une zone résidentielle de la ville de Medan, sur l‘île de Sumatra. L’accident, qui s’est produit peu après le décollage, a fait au moins 38 morts.
Facebook Twitter Google+ Reddit
Vol parabolique : les joies de l’apesanteur
close share panel

Partager cet article

Twitter Facebook

A bord de n’importe quel avion, pour peu qu’il vole d’une certaine manière et à la bonne vitesse, on se croirait dans l’espace pendant quelques secondes. C’est possible lors d’un vol parabolique. Les passagers expérimentent les joies de l’apesanteur, ils se libèrent de la gravité au cours de phases d’une durée de 22 secondes. “Un vol parabolique, c’est un vol en cloche en avion,” explique Jean-François Clervoy, astronaute à l’ESA et président de Novespace, “on jette littéralement l’avion en l’air, on le met en orbite, mais c’est une orbite qui est à l’intérieur de l’atmosphère.” Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’appareil qui est mis en orbite est un avion comme les autres.

Les vols paraboliques représentent l’une des meilleures manières de simuler l’environnement spatial. Ce jour-là, à l’aéroport de Bordeaux-Mérignac en France, des scientifiques se préparent au décollage. La micropesanteur est au coeur de leurs recherches. Pour embarquer à bord de l’avion Zero G de Novespace, ils ont dû prouver le haut niveau scientifique de leurs expériences et se soumettre à des contrôles de sécurité stricts.

L’une des équipes participantes travaille pour l’Université du sport de Cologne en Allemagne et étudie la façon dont notre cerveau fonctionne en apesanteur. Non loin de là dans la cabine : des chercheurs originaires de Munich cette fois. Leur expérience consiste à observer la posture neutre, c’est-à-dire celle prise par un corps humain lorsqu’il n’est plus soumis à la gravité. Autre projet scientifique mené à bord : trois Français planchent sur le transfert de chaleur autour des bulles dans les liquides en ébullition.

L‘équipage vivra 31 paraboles et à leur sommet, 31 périodes de 22 secondes en apesanteur.

Novespace organise plusieurs vols paraboliques par an pour des clients comme l’Agence spatiale européenne. Certains réalisent des paraboles de profil différent qui permettent d’obtenir la gravité d’autres planètes.

Plus d'actualités sur :

Consultez les sujets à la une