DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Des détecteurs dans les barrages pour réduire les risques d'inondation


futuris

Des détecteurs dans les barrages pour réduire les risques d'inondation

En partenariat avec

Afin de protéger les villes contre d‘éventuelles crues des rivières, les hommes ont construit des barrages. Mais ces constructions ne sont pas insubmersibles, et des dysfonctionnements peuvent être à l’origine d’inondations dramatiques. Des scientifiques planchent sur des projets qui visent à améliorer ces barrages et réduire les risques d’inondations. Robert Meijer, professeur à l’Université d’Amsterdam et coordinateur du projet UrbanFlood, se trouve près d’un barrage: “Sous mes pieds se trouvent 48 détecteurs qui nous informent continuellement sur l‘état du barrage. Avec cette technologie, c’est le barrage le plus intelligent au monde”. Développés dans le cadre d’un projet de recherche européen, des détecteurs sous-terrains transmettent leurs mesures à plusieurs centres de données de différents pays.

Boston, sur le côte Est de l’Angleterre, est l’un des principaux sites où cette nouvelle technologie est testée. A cause des marées, la crue de la rivière peut-être très spectaculaire et peut mettre les citoyens en danger. Mark Robinson, de l’Agence pour l’environnement du Royaume Uni, explique la situation: “Boston a de bonnes défenses maritimes, mais elles ne sont pas suffisamment hautes. Alors quand il y a de la houle, les vagues peuvent passer au dessus des digues, qui peuvent potentiellement s’effondrer. C’est un risque très sérieux.” Les ingénieurs ont inventé différents types de détecteurs, suffisamment fiables pour être placés dans un sol humide.

Robert Meijer présente l’un des détecteurs qui se trouve dans le barrage: “cet instrument de mesure fonctionne avec des composants électroniques, dans une enveloppe en acier inoxydable. Il contient une petite ouverture à travers laquelle l’eau peut passer. Ce dispositif mesure le volume d’eau contenu par le barrage et plusieurs autres paramètres, comme la température du sol, ou le mouvement des détecteurs à l’intérieur du barrage.”

Ces indications peuvent être suivies en temps réel grâce à un appareil connecté à internet. Dans un café de la ville de Boston, un équipement informatique permet au public de comprendre le fonctionnement de ce logiciel, une technologie dite à intelligence artificielle. “Une fois les données des détecteurs analysées, vous pouvez évaluer la stabilité du barrage. Des données qui montrent un mouvement à l’intérieur des digues traduisent souvent l’existence d’un dysfonctionnement potentiel dans le barrage”, précise Alexandra Topple, ingénieur chez Senior HR Wallingford.

Lorsqu’il détecte un problème, le logiciel envoie un signal aux services responsables, qui sans cette technologie, ne se rendraient pas forcément compte de l’existence d’un dysfonctionnement. Aujourd’hui, sans cette technologie, les ingénieurs sont obligés de se déplacer pour vérifier l‘état du barrage. “Pour l’instant, nous procédons à des vérifications visuelles: deux à trois fois par an, des agents vont sur place pour observer le barrage. Cette technologie nous permet d‘évaluer à distance si les digues sont en bon état, en observant ses mouvement sous la pression, ou s’il existe des fuites. Et en cas d’accident, nous pouvons observer en temps réel l‘évolution de la situation” explique Mark Robinson.

Le logiciel calcule aussi la vitesse à laquelle le site serait submergé en cas d’effondrement du barrage, et indique les lieux les plus sûrs pour l‘évacuation des habitants. “Ce système, grâce auquel on peut visualiser le parcours des inondations, permet de mettre en place un plan d‘évacuation de la population. Les concepteurs des plans d’urgence peuvent l’utiliser par exemple pour tester plusieurs scénarios d‘évacuation avant de se mettre d’accord sur la meilleure des solutions”, précise Alexandra Topple.

S’il s’avère fiable, ce système pourra être déployé dans plusieurs zones urbaines en Europe et dans le monde, pour protéger les villes vulnérables, les villes victimes du dérèglement climatique.

http://www.urbanflood.eu

Le choix de la rédaction

Prochain article

futuris

De nouvelles neuroprothèses pour gagner en mobilité