DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Syrie : une éducation à reconstruire

Vous lisez:

Syrie : une éducation à reconstruire

Taille du texte Aa Aa

Après deux ans d’effusion de sang en Syrie, on déplore d’innombrables victimes et de nombreuses familles déplacées. Bâtiments et écoles ont pour beaucoup, subi des dégâts. D’après l’UNICEF, 20% des écoles ont été totalement détruites. Ce qui bien entendu, prive leurs élèves d’un accès à l‘éducation.

A Alep, par exemple, la situation est dramatique : les combats qui ont lieu dans cette ville sont parmi les plus féroces de la guerre civile. Les enfants affrontent le pire : la mort, les mutilations, la perte de leurs proches, la faim, le froid, l’exode… Une femme armée de courage, Nour Al-Haq tente de restaurer un semblant de normalité et d’offrir aux plus jeunes, la possibilité de retourner en classe. 45 personnes travaillent dans les trois établissements qu’elle est parvenue à réouvrir. Tous les jours, ils accueillent près de 700 élèves de 5 à 11 ans malgré la peur des bombardements.

D’après la directrice régionale de l’UNICEF pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Maria Calivis, “la situation des enfants est vraiment très grave dans le pays.” Elle souligne les conséquences psychologiques de 24 mois de crise : “l’impact est important sur leur développement : ils souffrent de traumatisme, d’un stress important dû au conflit, à la perte d‘êtres chers.” A l’heure où son organisation est à court de fonds, la représentante de l’UNICEF lance un appel : “pour l‘éducation sur place, nous avons besoin d’au moins 40 millions de dollars pour permettre aux enfants de revenir sur les bancs de l‘école.”