DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Israël antique : des fleurs pour décorer les tombes


monde

Israël antique : des fleurs pour décorer les tombes

L’Israël antique avait une tradition lors des funérailles, qui consistait à décorer les tombes avec des fleurs avant de les enterrer. Cette tradition a été perpétuée jusqu’à présent.

Les archéologues israéliens ont découvert environ 12 000 tombes, issues de la société des Natoufiens. Elles prouvent que ceux-ci utilisaient des fleurs comme décoration de leurs tombes.

Selon Daniel Nadel, archéologue à l’Université d’Haïfa, la société natoufienne est sûrement la première à s’être sédentarisée. En effet, la datation au carbone 14 révèle que les tombes découvertes aux alentours du Mont Carmel sont âgées de 11 700 à 13 700 ans.

Selon l‘étude publiée lundi par l’archéologue et son équipe dans la revue des Annales de l’Académie nationale des sciences, «depuis le Néandertal jusqu’aux Natoufiens», soit une période qui s’étend sur 50 000 ans, «il n’existe aucun exemple de tombes décorées avec des fleurs.

Les populations ont peut-être utilisé des fleurs pendant cette période mais «trouver de telles marques de fleurs est vraiment difficile» à cause de la décomposition, ajoute Daniel Nadel.

Les archéologues voient dans l’utilisation des fleurs la preuve que les lieux d’inhumation étaient creusés et recouverts sur les côtés d’une fine couche de boue, une forme de plâtre primitif.
Les plantes alignées au fond de la tombe étaient enterrées et les fleurs étaient sûrement choisies tant pour leur beauté que pour leurs odeurs.

« Il y a des centaines de fleurs sur le Mont Carmel durant le printemps, mais seulement un petit groupes d’entre elles ont un parfum très fort», explique Daniel Nadel.

Il y a quelques années, 29 squelettes ont été retrouvés sur 15 m2. Des recherches menées récemment ont permis à l’archéologue de confirmer ses conclusions. Les empreintes provenant des plantes retrouvées dans les tombes montrent que celles-ci ont sûrement été de la sauge et de la menthe, ainsi que d’autres plantes aromatiques. Les chercheurs ont pu les identifier grâce à des scanners électroniques.

Photo : Académie nationale des sciences.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Une fusée russe explose en plein lancement