DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pornographie infantile sur internet : David Cameron met la pression aux moteurs de recherche

Vous lisez:

Pornographie infantile sur internet : David Cameron met la pression aux moteurs de recherche

Taille du texte Aa Aa

Le chef du gouvernement britannique, David Cameron, exige des moteurs de recherche sur internet (Google, Bing et Yahoo!) d’agir contre la pédopornographie en ligne en bloquant les requêtes donnant accès à des images illégales.

Faute d’efforts significatifs de la part des moteurs de recherche observés d’ici octobre, le gouvernement menace de prendre des mesures législatives. Le premier ministre a d’ailleurs estimé que les sociétés internet devraient pouvoir surmonter les éventuelles « obstacles techniques » en utilisant les « grands cerveaux » qui travaillent pour elles.

Concrètement, tout internaute qui effectuerait une recherche pour un mot clé appartenant à une liste noire établie par l’agence gouvernementale Child Exploitation & Online Protection Centre (CEOP) devrait être prévenu des conséquences de sa curiosité par un message d’avertissement. « Certaines recherches sont si abjectes, ne laissant aucun doute sur l’intention malade et malveillante de l’internaute, qu’il ne devrait pas y avoir de réponse du tout », a déclaré David Cameron dans un discours lundi à Londres.

La raison de cette récente et soudaine pression que le gouvernement britannique exerce sur les entreprises de l’internet est l’éclairage apporté par deux importants procès concernant des meurtres sexuels d’enfants. Ces derniers ont établi que les deux tueurs impliqués avaient précédemment fait des recherches de pornographie infantile sur internet.

Reste à savoir si les moteurs de recherche sont les plus à même pour dépister des contenus, étant donné que ces derniers passent souvent par des réseaux privés et cryptés.

En attendant, les entreprises visées par le chef du gouvernement britannique assurent lutter déjà contre la pédopornographie en enlevant toute image abusive d’enfant dès leur signalement. Google a déclaré avoir « une attitude de tolérance zéro » face à ces contenus.