DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vacances studieuses, vacances heureuses ?

Vous lisez:

Vacances studieuses, vacances heureuses ?

Taille du texte Aa Aa

“Les jolies colonies de vacances” se transforment de plus en plus en stages de découverte ou d’apprentissage. Learning World a testé différentes formules pour voir si détente et enseignement faisaient bon ménage cet été.

Rendez-vous aux Etats-Unis d’abord, dans les Montagnes Rocheuses.

Avoir des fossiles de dinosaures à portée de main, c’est un peu le rêve de tous les petits explorateurs. Près de Denver, les paléontologues en herbe apprennent à suivre les géants du Jurassique à la trace : un jeu de piste naturel vieux de 100 millions d’années. Objectif : essayer de déterminer si les iguanadons marchaient ou couraient quand ils ont laissé leurs empreintes. Ils repartiront avec un vestige du Jurassique : un coprolithe, autrement dit des excréments préhistoriques !

En Italie, les vacances sont citoyennes pour ces jeunes dans la région de Naples.

Cette propriété de Castel Volturno appartenait à Michele Zaza, un membre de la Camorra, la mafia napolitaine. Il y dirigeait un trafic de drogue et de contrebande de cigarettes. En 2009, les bâtiments furent saisis par les autorités. Ils ont été rebaptisés “Peppe Diana”, du nom d’un prêtre assassiné par la mafia en 1994. En 1995, Libera (un réseau de plus d’un millier d’associations qui luttent contre la mafia et le crime organisé) a récolté un million de signatures pour forcer le parlement italien à voter une loi permettant de donner une vocation sociale aux propriétés saisies. Ici, à Castel Volturno, une laiterie a été installée. Les jeunes stagiaires apprennent donc à produire la fameuse mozzarella di Bufala. Ici on dit que c’est la meilleure d’Italie car elle a aussi “le goût de la justice”.

Enfin, nous nous sommes rendus à Tcherkassy en Ukraine, la terre des Cosaques d’hier et d’aujourd’hui. Car, depuis la chute du bloc soviétique, c’est bien dans la culture cosaque que le pays est allé chercher les racines de son identité : l’histoire des Cosaques remplit les manuels scolaires et les discours des hommes politiques. Des stages d‘été à la mode cosaque sont donc organisés : les jeunes apprennent à se battre et à se comporter comme de vrais guerriers, mais aussi à manier le sabre ou à faire du feu sans allumettes. Un jeu de rôle pris très au sérieux par les enfants qui veulent montrer, comme le dit l’hymne national ukrainien, “qu’ils sont de la race des Cosaques”.