DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Moldavie : 100 000 voix pour l'Europe

Vous lisez:

Moldavie : 100 000 voix pour l'Europe

Taille du texte Aa Aa

Une manifestation historique pour la Moldavie. Ce dimanche, quelque cent mille Moldaves se sont rassemblés autour des leaders politiques du pays pour soutenir le processus de rapprochement avec l’Union Européenne.

“L’intégration européenne est une chance de relever notre économie, d’améliorer notre qualité de vie, et d’assurer la prospérité de tous les citoyens. Il s’agit aussi de notre sécurité et de notre liberté, au niveau individuel et collectif, et plus largement de la modernisation de notre pays” a assuré le président moldave, Nicolae Timofti.

Les 28 et 29 novembre aura lieu à Vilnius le sommet du Partenariat oriental, au cours duquel l’Union pourrait signer un accord d’association, comprenant l‘établissement d’une zone de libre-échange, avec plusieurs pays de l’ex-URSS, dont la Moldavie, ce en dépit des réserves de Moscou.

La Moldavie est une ancienne république soviétique, coincée entre l’Ukraine et la Roumanie. Elle compte quelque 3 millions et demi d’habitants. L’un des pays les plus pauvres du continent européen, ici le PIB par habitant n’est que de 2 500 euros par an. Pour comparer, la Roumanie voisine avec 6 700 € par habitant, se trouve à la queue de l’Union européenne.

A la campagne, c’est carrément la pauvreté. Nadejda a 43 ans, elle est mère de 5 enfants, et vit avec 50 euros par mois. Du coup la seule issue pour s’en sortir c’est d‘émigrer, plus de 500 000
Moldaves vivent à l‘étranger.

Et les transferts de cette diaspora contribuent à un quart du PIB du pays..

Mais plus de 40 % des 25-40 ans ont émigré, ce qui entrave le développement et la modernisation du pays.

Autre problème pour la Moldavie, c’est le conflit toujours pas réglé avec la région sécessionniste de Transnistrie, située sur la rive gauche du fleuve Dniestr. Elle est majoritairement peuplée de russophones et d’ukrainophones. Elle a fait sécession de la Moldavie en 1990, et les troupes russes y sont toujours présentes, or aucun pays ne l’a reconnue comme Etat souverain.

Paul MacDowell, euronews:
“Avec nous maintenant, le Premier ministre moldave Yuri Leanca. Monsieur le Premier ministre, merci d‘être avec nous. Je voudrais commencer par le rassemblement d’hier, quel message la Moldavie a voulu envoyer à Bruxelles ?

Yuri Leanca :
Les événements d’hier qui ont réuni à Chisinau des dizaines de milliers de citoyens moldaves, représentent, depuis l’indépendance en 1991, probablement le plus grand rassemblement dans la capitale moldave… Ils étaient organisés par les partis politiques qui forment la coalition au pouvoir en Moldavie et qui ont voulu envoyer un message très clair non seulement à Bruxelles, mais aussi à tous nos voisins, et à la société civile et à l’opposition moldaves. A savoir que la majorité des citoyens de Moldavie savent très bien qu’il n’y a pas d’autre alternative au développement du pays, à la construction d’une démocratie européenne efficace, que de suivre la voie de l’intégration européenne, de partager les mêmes valeurs, les mêmes normes et les mêmes principes que ceux en vigueur dans les autres pays de l’Union européenne.

euronews:
M. le Premier ministre, que dites-vous à la Russie? Votre message, c’est : vous n‘êtes contre personne, vous êtes pour l’intégration à l’Europe, mais la Russie regarde cela de très près. Quel est votre message à la Russie?

Yuri Leanca:
Dès les tout premiers jours du changement de pouvoir en septembre 2009, nous avons délivré le même message à la fois à Moscou et à Bruxelles : que notre choix fondamental – l’objectif fondamental de notre politique étrangère et intérieure – c’est l’intégration européenne. Donc je ne pense pas que nos amis et nos partenaires, que ce soit à l’Ouest ou à l’Est aient été trompés sur notre message, et notre objectif, les priorités de notre politique. Ce que nous disons également, c’est que le chemin de l’intégration européenne et notre objectif de modernisation ne sont dirigées contre personne, ne vont pas vers le pire, au contraire : nous croyons que faire de la Moldavie un pays stable et – ce qui est très important – un pays sur, sera bénéfique pour nos amis de l’Occident, mais aussi pour nos amis de l’Est.

euronews :
Alors, gagnant-gagnant pour la Moldavie, mais ce qu’est-ce que l’Europe va en retirer? Qu’apportez- vous à l’Europe ? “

Yuri Leanca :
La Moldavie peut apporter aussi certains avantages à l’UE, et pas seulement le vin de bonne qualité et une nourriture savoureuse. En travaillant ensemble, nous pouvons étendre la zone de stabilité et de prospérité au sud-est de l’Europe. Et de cette façon, montrer aussi aux autres pays – si nous parlons du Partenariat oriental, des ex républiques soviétiques – que si un pays fait bien son travail – et c’est ce que nous devons continuer à faire – l’UE reconnaîtra les progrès et les traitera en conséquence. Un avenir meilleur pour les Moldaves, la société moldave, est très étroitement liée à notre rapprochement, notre intégration économique, et, je l’espère pas à trop long terme, à notre intégration politique, ce qui signifie l’adhésion à l’UE dans le futur, de la République de Moldavie. Nous devons nous concentrer davantage sur la réforme de la justice, lutter de manière systématique contre la corruption et continuer de nous assurer que la Moldavie se dote d’institutions responsables.”