DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grèce : la crise persiste, le nombre de toxicomanes diminue


monde

Grèce : la crise persiste, le nombre de toxicomanes diminue

Drogues les plus répandues

De nombreuses drogues différentes circulent en Grèce. Les plus courantes sont le cannabis, les solvants, l’ecstasy, les champignons hallucinogènes et les amphétamines.

La cocaïne est également assez répandue mais elle est considérée comme une drogue de riches en raison de son prix élevé.

Les consommateurs

Selon une enquête produite par l'Institut de la Recherche Universitaire sur la Santé Mentale, 670 000 grecs âgés de 12 à 64 ans ont consommé de la drogue au moins une fois.

Plus de la moitié d’entre eux en ont consommé plus de trois fois dans leur vie. Le pourcentage des hommes est trois fois supérieur à celui des femmes.

Un jeune sur six environ ont admis avoir consommé de la drogue au moins une fois. Le pourcentage des garçons est plus de deux fois supérieur à celui des filles.

Près de 22% des jeunes âgés de 18 ans ont consommé de la drogue. Chez les jeunes de 19 ans, le pourcentage dépasse 40%.

Tranches d'âge affectées

Les jeunes générations sont beaucoup plus affectées par l’augmentation massive de la consommation de drogues dans la société grecque. Durant les trois dernières décennies, les stupéfiants ont colonisé les boîtes de nuit et les discothèques aussi bien que les coffee shops et les écoles.

C’est pourquoi le pourcentage des étudiants de 15 à 19 ayant consommé de la drogue a doublé à partir du début des années 80 jusqu‘à aujourd’hui (de 6% en 1984 à 15,3% en 2011).

Prévention

Au total, 71 centres de prévention opèrent aujourd’hui en Grèce, sous la surveillance de l'Organisation Contre les Drogues.
Les effets de la crise économique sont dévastateurs pour le financement de ces centres. Au même moment, le nombre de consommateurs de drogue explose.

Trois lignes téléphoniques d‘écoute viennent en aide aux personnes dépendantes. Plus des quatre cinquièmes des dépendants qui recherchent de l’aide pour arrêter consomment de l’héroïne ou d’autres opiacées.

Aucune stratégie contre la drogue n’a jamais été planifiée en Grèce.

Plusieurs efforts pour réduire l’usage de drogues et prévenir les plus jeunes des risques de l’addiction ont été faits, mais leur efficacité à été mise en doute.

Cadre légal

En 2013, la justice grecque a prononcé 13 176 inculpations contre 12 805 personnes pour usage, culture et commerce de stupéfiant.

La plupart des accusés ont été condamnés à quelques mois de prison avec sursis. La raison principale de la légèreté de ces peines est que la drogue était destinée « à un usage personnel ». Cette circonstance atténuante est cruciale lorsqu’une personne est reconnue coupable d’usage de stupéfiant.

La vente de stupéfiants entraîne des peines nettement plus sévères mais peu d’accusés finissent par être véritablement condamnés.

Sources

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Traiter les dépendants en adulte : rencontre avec les addictologues de L’Arbresle