DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L’Espagne, « une société alcoolique »


monde

L’Espagne, « une société alcoolique »

*L’Espagne serait une société alcoolique dans laquelle existent pour les gens un lien fort entre temps libre et drogues. *

Pour Eusebio Megías Valenzuela, directeur technique de la FAD, la Fondation Contre l’Addiction aux Drogues, la prise de drogue est un phénomène culturel et que le gouvernement devrait réfléchir à deux fois à comment aborder le problème.

Mr Megías est un psychiatre, il dirige le plan national pour les stupéfiants, il fait partie du conseil de l’Observatoire Européen sur les Drogues et a participé à la rédaction de législation sur les drogues.

Après une carrière dédiée entièrement aux phénomènes liés aux drogues, il s’exprime ouvertement à propos des contradictions des politiques anti-drogue, que ce soit au niveau national ou international.

Rafael Cereceda, euronews:
Le dernier sondage national en Espagne indique une importante baisse de la consommation de drogues. Selon vous, quelle en est la raison ?

Eusebio Megías, directeur technique de la FAD:

Les comportements des consommateurs ne sont pas liés aux politiques de prévention ou de répression, contrairement aux desiderata des uns et des autres. Il y a 3 ans, j’ai été interrogé par un gouvernement régional qui voulait mettre en place une stratégie autour de la drogue. Ils m’ont demandé mon opinion sur l’impact de la crise économique sur la consommation de drogue. J’avais déjà prédit que la consommation des narcotiques légaux et autres produits qui ont tendances à « anesthésier » la population, tels que l’alcool, allait augmenter. Quant aux drogues illégales, récréatives pour la plupart, leur consommation allait diminuer. Et c’est exactement ce qui s’est passé.

L’apparteil législatif le plus avancé en Europe

Eusebio Megías:

La loi espagnole, même si c’est paradoxal, est la plus avancée en Europe sur ce thème. Nous venons d’une dictature, mais dans les années 1980, nous avons décidé de décriminaliser la consommation, ce qui a valu à l’Espagne de nombreuses critiques de l’ONU et des autres pays européens. Plus tard, le gouvernement socialiste a décidé de verbaliser la consommation de drogue en public, et c’était dû aux pressions internationales.

Les politiques internationales quant aux drogues sont un véritable chaos, car c’est un problème éminemment politisé. Nous vivons dans une situation très déroutante car le modèle répressif actuel est obsolète.

Ces politiques – à l’étranger, pas en Espagne – sont fondés sur la répression et n’aide pas la santé publique.

Ce qui s’est peut-être passé en Espagne est que la dé-criminalisation a poussé à la consommation. C’est vrai. En théorie, une augmentation de la consommation peut créer un problème de santé publique. Mais je crois que cela devrait être analysé de près, il y a de nombreuses possibilités de réguler les différentes substances.

Le cannabis socialement légalisé en Espagne depuis longtemps

Il peut sembler ironique de parler de la dé-criminalisation du cannabis lorsque que le cannabis est socialement légalisé en Espagne depuis de nombreuses années.

Les gens peuvent techniquement être verbalisés s’ils fument en public, mais quel est le pourcentage réel de ceux qui paient vraiment leur amende ? Ils ne sont pas nombreux. Certains sont aussi envoyés dans des centres de désintoxication : c’est de la blague. Ces centres sont biens pour les usagers accro, mais c’est stupide et inutile d’y envoyer ceux qui consomment de manière récréative.

Est-ce que cela signifie que je crois que le cannabis devrait être légalisé ? Non, mais je crois qu’on devrait se re-pencher sur le problème, chercher de nouvelles solutions. Je n’aime pas que les gens consomment du cannabis mais cela ne veut pas dire que je pense avoir le droit de l’interdire à tout le monde, et encore moins d’envoyer des gens en prison à cause de cela.

Les « cannabis clubs » prolifèrent car c’est la seule solution que beaucoup de gens trouvent. Je préférerais avoir moins de clubs comme cela en Espagne, bien sur, mais j’aimerais aussi qu’il y ait moins de gens ivres. Le problème est comment j’arrive à les convaincre. C’est là-dessus que l’on devrait se concentrer.

L’Espagne est une société alcoolique

Euronews: Quels sont alors les problèmes-clés auxquels doit faire face l’Espagne par rapport aux drogues ?

Eusebio Megías:

Tout d’abord, l’Espagne est une société alcoolique. L’alcool est mis sur un piédestal, au centre de notre société. Ensuite, la consommation excessive par les jeunes ne fait qu’imiter ce que font les adultes, donc c’est difficile de lutter contre cela.

Troisièmement, à propos du cannabis, il n’a pas de stratégie de prévention spécifique. Et enfin, quatrièmement, les drogues sont devenus un élément « culturel » de notre société à un tel point que nombreux sont ceux qui n’envisage plus s’amuser sans elles. Elles existent aussi pour « occuper un espace dans notre société », un vide qui sera difficile à combler.

La solution, c’est regarder le problème des drogues objectivement, être réaliste et initier un débat de société autour de la question. Aussi comprendre que c’est un phénomène social qui ne va pas disparaître juste parce qu’on le rend illégal.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Drogues : quelles politiques pour le Royaume-Uni ?