DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

France : démission d'une élue après un "dérapage" raciste


monde

France : démission d'une élue après un "dérapage" raciste

En politique, on n’a pas le droit à certaines erreurs, et une élue française du parti de droite UMP vient d’en faire les frais. Claudine Declerck, conseillère municipale de Combs-la-Ville, en Seine-et-Marne, a annoncé qu’elle démissionnait de ses fonctions. Elle avait suscité un nouvel émoi en France en publiant sur sa page Facebook une fausse publicité raciste à l’encontre de Christiane Taubira, la ministre de la Justice. “Je quitte la vie politique par la petite porte”, a expliqué Claudine Declerck. “Je regrette énormément tout ce qui s’est passé, je vais écrire une lettre d’excuses à Mme Taubira”. L‘élue UMP, qui quitte également son poste de vice-présidente du Syndicat d’agglomération nouvelle de Sénart, se dit très affectée par cette affaire.

Claudine Declerck semble avoir fait preuve de naïveté. Sur la publicité détournée de Banania postée le 18 septembre dernier, on pouvait lire “Y’a pas bon Taubira”. “J’ai trouvé cela humoristique, il n’y a vraiment rien de grave”, avait commenté la conseillère municipale de Combs-la-Ville. “Pour moi, ce n‘était pas raciste”. Elle avait en fait republié sur son profil Facebook la fausse pub d’un goût douteux après l’avoir empruntée à un Facebook intitulé “Fidèles sarkozystes de l’UMP”. Christian Jacob, le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, qui est aussi à la tête de la fédération UMP de Seine-et-Marne, avait indiqué qu’une procédure d’exclusion de Claudine Declerck était en cours; cette dernière a préféré prendre les devants.

Prochain article

monde

Des entarteurs espagnols risquent six et neuf ans de prison