DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

[Vidéo] Face-à-face tendu entre migrants et gardes frontières entre le Mexique et les Etats-Unis


monde

[Vidéo] Face-à-face tendu entre migrants et gardes frontières entre le Mexique et les Etats-Unis

C’est un document rare : une vidéo montrant un groupe de près de 200 migrants tentant de franchir, le 24 novembre dernier, la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, à proximité du canal de la rivière Tijuana, avant d’en être empêchés par les garde-frontières.

Exceptionnelle par l’ampleur de la tentative de traversée, de plus en plein jour, la scène a été tournée par hasard par Bryan A.Chilian, Ana Andrade et Jesus Guerra, trois jeunes réalisateurs mexicains. Ils filmaient alors des scènes pour leur documentaire sur les habitants du canal de la rivière Tijuana, un projet qui les occupe depuis près de quatre mois.

A un moment, environ 200 migrants apparaissent, descendent vers la frontière avant d’être repérés par des patrouilles de garde-frontières. S’en suit un face-à-face tendu, jusqu’à ce que les patrouilles ne dispersent le groupe, qui reflue vers le Mexique.

Bryan Chilian explique par téléphone à euronews que les garde-frontières ont eu une réponse « modérée » par rapport à la vague de ces immigrants potentiels. « Auparavant, il y avait eu des cas de tirs face à de simples lancers de cailloux » raconte-t-il, avant d’ajouter que cette fois-ci, les douaniers n’ont utilisé que du matériel anti-émeute.

Plusieurs migrants ont été blessés par des balles en caoutchouc et des décharges de taser, d’autres se sont blessés en tentant de grimper la barrière qui sépare les deux pays.

Bryan Chilian, un designer graphique de 24 ans, a posé des questions à d’anciens migrants ayant fait l’expérience du passage à ce lieu-là, l’une des zones les plus surveillés de la frontière.

Selon eux, ceux qui ont essayé de franchir la frontière ne semblaient pas conscients du danger. Pour les migrants expérimentés, une telle tentative, en plein jour à midi, c’est « suicidaire », étant donné le niveau de surveillance très élevé de la zone.

Bryan spécule que l’opération pourrait être une diversion pour attirer les patrouilles loin d’un autre point de la frontière, ou serait éventuellement une tentative pour discréditer les ONG travaillant des deux côtés.

Pour lui, en tant que documentariste, il était simplement au bon endroit et au bon moment pour capturer cette scène impressionnante.

Retrouvez Bryan A. Chilian sur Facebook


[Audio] Interview avec Bryan Chilian

(7 minutes. En espagnol.)

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Travail le dimanche, l'exception française en Europe