Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Une bactérie inconnue en cause dans les décès de trois nouveaux-nés en France

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Une bactérie inconnue en cause dans les décès de trois nouveaux-nés en France

<p>La bactérie qui a contaminé les poches alimentaires de trois nourrissons décédés à Chambéry, en Savoie début décembre, est inconnue. « <cite>Il s’agit d’une nouvelle bactérie, de la grande famille des entérobactéries, d’origine environnementale (c’est-à-dire qu’on peut trouver dans le sol, l’air ou l’eau) et qui donc n’a pas encore de nom</cite> », a expliqué le professeur Jean-Claude Manuguerra, de l’Institut Pasteur, qui a procédé à son identification. Elle serait proche d’Ewingella et de Rahnella, deux bactéries déjà rares.</p> <p>L’Institut Pasteur a été sollicité par le ministère de la Santé, précisément en raison de la rareté de cette bactérie, « <cite>les autres laboratoires s‘étant avérés non compétents pour l’identifier</cite> ». L’institut a travaillé sur dix poches produites le même jour que celles données aux nourrissons à Chambéry. Six étaient contaminées dont trois présumées intègres (c’est-à-dire fermées), ce qui, dans la recherche des causes, réduit les possibilités de contamination.<br /> Ces bactéries sont de plus, « <cite>rarement retrouvées dans les cas d’infections en milieu hospitalier, évoquant une origine environnementale (eau, sol…)</cite> ». Une chose est sûre : cette bactérie « <cite>dégage des toxines pouvant être assez foudroyantes, encore plus chez des nourrissons</cite> » a précisé le procureur de la République de Marseille, Brice Robin, saisi de l’affaire. Elle est capable de se développer dans des milieux difficiles, à température basse et avec peu de minéraux et peut survivre dans la terre ou l’eau.</p> <p>Dans une lettre diffusée mardi par le journal Libération, le Dr Michel Deiber, chef du service de néonatologie a estimé que la contamination par ce « <cite>bacille</cite> » était « <cite>la cause probable</cite> » des trois décès de bébés survenus dans son service « <cite>dans des circonstances identiques à savoir un tableau de choc septique très brutal conduisant au décès en quelques heures malgré les manœuvres de réanimation sur place</cite> ». Un quatrième nourrisson qui présentait des symptômes identiques a pu être sauvé in extremis.</p> <p>La ministre de la Santé Marisol Touraine a demandé la mise en quarantaine des poches encore stockées dans les hôpitaux et les locaux du laboratoire français Marette qui les produit ainsi que la suspension de l’activité du laboratoire.</p> <p>Elle a de plus, lancé une inspection du site de production ainsi que du centre hospitalier de Chambéry, indiquant lors d’une conférence de presse que « <cite>l’ensemble de la chaîne fait l’objet d’investigations approfondies (notamment fournisseurs de matières premières, production de la poche, contrôle biologique du produit, transport vers les hôpitaux, stockage).</cite> »</p>