DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Airbus a réalisé en 2013 la meilleure performance commerciale de tous les temps


Insight

Airbus a réalisé en 2013 la meilleure performance commerciale de tous les temps

Airbus a annoncé lundi un nouveau record de commandes d’avions en 2013, battant son rival américain Boeing pour établir la meilleure performance commerciale de l’histoire de l’aéronautique avec 1503 commandes nettes, un chiffre qui tient compte des annulations.
En revanche c’est le constructeur américain qui a produit et livré le plus d’appareils : 648 contre 626.
L’année 2013 c’est aussi l’entrée en fanfare d’Airbus sur le marché japonais avec les 31 commandes d’Airbus A350 passées par Japan Airlines. Le marché japonais était jusqu‘à présent la chasse gardée de Boeing.
Enfin l’an dernier, la tendance des compagnies aériennes a été de choisir des avions plus grands : A350, A380 : ce qui a amélioré les revenus d’Airbus.

DUPLEX Fabrice Brégier Airbus CEO

Didier Burnod : Euronews
“Avec moi en duplex de Toulouse, Fabrice Brégier, directeur exécutif d’Airbus. Monsieur Brégier bonjour.
Quand on fait le bilan de l’année 2013 pour Airbus, de quoi êtes-vous le plus fier ? Du nombre historique de commandes enregistrées ou bien du premier contrat signé au Japon, un marché qui était jusque-là une quasi- exclusivité pour votre principal concurrent Boeing ?

Fabrice Brégier: Directeur exécutif Airbus
“Oh, je crois que je suis le plus fier du vol de l’A350, avant le salon du Bourget. Mais les deux évènements que vous avez mentionnés sont extrêmement importants pour l’avenir d’Airbus.

Euronews
Oui, d’autant qu’au Japon c‘était vraiment un monopole qu’avait Boeing là-bas. Il y a eu un effort énorme de la part d’Airbus pour s’implanter sur ce marché.

F. Brégier
C‘était la première fois effectivement que Japan Airlines n’achetait pas Boeing et achetait Airbus et en plus pour les longs courriers, 31 appareils : donc effectivement ça a eu beaucoup de résonnance.

Euronews
Concernant le nombre de commandes dont on a parlé; le salon aéronautique de Dubaï a pesé sur les résultats avec d‘énormes commandes pour Airbus comme pour Boeing d’ailleurs. Avec de telles quantités, on imagine qu’il faut consentir certaines ristournes. Alors finalement ces grosses commandes ne sont-elles pas dangereuses pour la marge et la rentabilité d’Airbus ?

F. Brégier
Non pas du tout puisque ça nous donne de la visibilité, ça nous permet de réduire nos coûts. Et puis évidemment il y a ce qu’on appelle des discounts sur ces grosses commandes, mais ça contribue à l’amélioration globale de la profitabilité d’Airbus et à sa croissance. Donc ne vous inquiétez pas, les commandes qu’on a prises et notamment les 50 A380 d’Emirates sont des commandes profitables pour la compagnies aérienne mais aussi pour Airbus.

Euronews
Le problème crucial quand on est confronté à autant de commandes, c’est le respect des calendriers de livraisons. Dans la chaîne de production, quels sont les facteurs prioritaires qu’il faut maîtriser ?

F. Brégier
Il faut maîtriser ces développements, c’est essentiel sur l’A350, sur les évolutions de l’A320 et il faut aussi travailler mieux avec l’ensemble de ce qu’on appelle la “supply Chain”, c’est à dire l’ensemble de nos fournisseurs. Et sur l’année 2013 on a fait d‘énormes progrès : on a divisé par deux le nombre de pièces qui arrivaient en retard ou qui manquaient. ça nous a permis d’ailleurs de livrer 38 avions de plus à 626 avions sur l’année 2013; avec beaucoup moins d‘à-coups que l’année précédente. Donc nos actions commencent à payer avec nos partenaires extérieurs.

Euronews
Justement en rythme de production ça représente un énorme défi toutes ces commandes car de mémoire, vous avez plus de 5.500 appareils dans vortre carnet de commandes désormais.

F. Brégier
Oui on a plus de 5.500 appareils, soit plus de neuf ans de production au rythme actuel et ça nous donne une chance formidable : c’est de préparer l’avenir, c’est de continuer à innover, c’est d’essayer d‘être plus compétitif dans un environnement concurrentiel extrêmement difficile.

Euronews
Pour 2014 que souhaitez-vous ? La poursuite ou l’arrêt des déboires du 787 Dreamliner de Boeing ?

F. Brégier
Non, moi je souhaite surtout le succès d’Airbus, des prises de commandes encore supérieures aux livraisons et puis la livraison du premier A350 à Qatar Airways au dernier trimestre 2014 : ça conclura sept ans de développement, d’efforts acharnés et ça nous mettra vers la voie de la croissance sur le segment des longs courriers.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Insight

Raanan Gissin, ex conseiller de Sharon évoque son pouvoir fédérateur