DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

François Hollande promet de mettre au clair sa vie privée


monde

François Hollande promet de mettre au clair sa vie privée

La machine médiatico-politique s’est emballée. Le président français et ses conseillers auront du mal à la stopper. Au cours de la troisième conférence de presse de son mandat mardi au palais de l’Elysée, François Hollande n’a répondu aux interrogations sur sa vie de couple que brièvement. Il a seulement indiqué qu’il clarifierait la situation avec sa compagne, Valérie Trierweiler, avant sa visite d’Etat prévue du 9 au 11 février aux Etats-Unis, où elle devait l’accompagner. “Chacun, dans sa vie personnelle, peut traverser des épreuves. C’est notre cas. Ce sont des moments douloureux”, a expliqué le président.

C’est le magazine français “people” Closer qui a fait voler en éclats vendredi dernier la réserve habituelle de la presse française sur la vie privée des hommes politiques. Dans un premier temps, les maigres révélations sur une liaison présumée entre le président et l’actrice Julie Gayet n’ont guère ému l’opinion publique. Un sondage a montré que 77% des Français estimaient qu’il s’agissait d’une affaire privée. Mais l’hospitalisation dans une clinique de Paris de Valérie Trierweiler, sous le choc de l‘émotion, a commencé à semer le trouble.

L’affaire a des conséquences sur la vie privée du couple mais aussi sur sa vie publique. Le statut de Première dame est de nouveau sur la sellette. La femme du président n’a aucun rôle selon la Constitution, cependant, Valérie Trierweiler occupe un bureau à l’Elysée, elle a un chef de cabinet et une chargée de mission. Elle est également habituée à accompagner souvent le chef de l’Etat dans ses voyages officiels à l‘étranger. Pour le moment, elle fait savoir qu’elle veut “se laisser un peu de temps”. Elle a confié au journal Le Parisien qu’il était “nécessaire d’avoir une clarification”. François Hollande a beau se présenter comme un président “normal”, mot-clé de sa campagne électorale en 2012, on est désormais tenté de comparer ses mésaventures avec celles de son prédécesseur, Nicolas Sarkozy. Son couple avec Cécilia avait explosé en vol au bout de cinq mois, débouchant sur un divorce mi-octobre 2007.

Le Parti socialiste ne veut pas entendre parler de cette comparaison. Le député Jean-Christophe Cambadélis estime que “Nicolas Sarkozy faisait de sa vie un élément médiatique”.Le porte-parole du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, Thierry Mandon, renverse la situation : “Si François Hollande est normal, dit-il, il peut avoir des coups de coeur, des difficultés de couple”. Il avoue toutefois “On se serait passé de ça” et demande une clarification rapide de la situation. Au sein de la droite cohabitent deux attitudes totalement opposées. Le président de l’UMP, Jean-François Copé, a dégainé en jugeant l’affaire “désastreuse pour l’image de la fonction présidentielle”. En revanche, le maire de Bordeaux et ancien Premier-ministre, Alain Juppé, a qualifié la façon de procéder de Closer “absolument insupportable et odieuse”. “On va être tous concernés aujourd’hui, a-t-il poursuivi, on va être géolocalisés en permanence, espionnés de tous les côtés”.

Les hommes de pouvoir devront pourtant s’y faire. Le ver est dans le fruit depuis des années et ne fait que progresser à cause de l’hyper médiatisation. Le temps où les épouses des précédents présidents français souffraient plus ou moins dans l’ombre des aventures extra-conjugales de leurs maris semble révolu. Cécilia Attias l’avait déjà appris à ses dépens et c’est au tour de Valérie Trierweiler. La comédienne Julie Gayet n’a sans doute pas envie d’endosser ce rôle, mais seul l’avenir nous le dira…

Prochain article

monde

Le pape invite les femmes à ne pas avoir peur d'allaiter en public