DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ciao "Maestro" : Claudio Abbado n'est plus

Vous lisez:

Ciao "Maestro" : Claudio Abbado n'est plus

Taille du texte Aa Aa

Le monde de la musique est en deuil ce lundi matin. Le chef d’orchestre italien Claudio Abbado s’est éteint à Bologne. Malade depuis de longues années, il était âgé de 81 ans.

Fils d’un professeur de violon, Abbado est né à Milan le 26 Juin 1933. A sept ans, après avoir assisté à un concert sous la direction du chef d’orchestre Antonio Guarnieri, il décide de s’engager dans cette voie : un jour, lui aussi, tiendra la baguette. En 1955, il obtient un diplôme du Conservatoire de Milan, es direction d’orchestre et piano. Le monde le découvre lorsqu’il remporte, en 1958, le concours Koussevitzky aux Etat-Unis. En 1960, il devient chef d’orchestre à la Scala de Milan, après avoir dirigé d’autres formations (New York, Trieste…).
Son ascension est ensuite fulgurante. Il reçoit, en 1963, le prix Mitropoulos du New York Philharmonic. Le grand Herbert Von Karajan l’invite alors à diriger l’Orchestre philharmonique de Vienne au Festival de Salzbourg, en signe de reconnaissance.

En 1968, il fait ses débuts à Covent Garden à Londres, puis au Metropolitan Opera House de New York. Parallèlement à ses différentes contributions, il continue à diriger l’orchestre de la Scala. Une direction qui durera jusqu’en 1986, où durant son « mandat », il contribue au renouvellement de l’ensemble.

Au cours de son parcours, il a également été le chef d’orchestre principal de l’Orchestre philharmonique de Vienne en 1971. De 1979 à 1986, Abbado est nommé directeur musical de l’Orchestre symphonique de Londres. Son aventure artistique prend à nouveau le chemin de Vienne lorsqu’il devient directeur principal du Staatsoper entre 1986 et 1991. Il est également désigné chef principal du philarmonique de Berlin en 1991. Dans les années 2000, il crée et dirige de nouvelles formations comme l’orchestre du festival de Lucerne ou l’Orchestre Mozart de Bologne.

Claudio Abbado croyait véritablement en la vertu thérapeutique de la musique. Figure prônant l’ouverture et l’innovation dans ce monde, parfois pompeux, de la musique classique, il a souvent était considéré avec suspicion, surtout en Italie. Durant sa carrière, il a notamment collaboré à la création de nombreux orchestres de jeunes, au Venezuela par exemple.

Abbado ne s’est jamais perçu comme une étoile. Il souhaitait disparaître sans trop faire de bruit. Son talent exceptionnel a d’abord été reconnu à l‘étranger, avant que son pays natal ne le célèbre à son tour : le 30 août 2013, il a été nommé sénateur à vie par le président italien Giorgio Napolitano.

Alberto de Filippis