DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La crise syrienne au cœur du sommet de la Ligue arabe

Vous lisez:

La crise syrienne au cœur du sommet de la Ligue arabe

Taille du texte Aa Aa

Pour l’Arabie saoudite, la crise en Syrie a atteint des “proportions catastrophiques” qui nécessitent un changement dans “l‘équilibre des forces” sur le terrain.

C’est ce qu’a déclaré le prince héritier Salmane Ben Abdel Aziz en ouverture du sommet annuel de la Ligue arabe à Koweït. Selon lui, les forces luttant pour renverser le président syrien Bachar al-Assad ont besoin de plus de soutien.

Le sommet annuel des 22 membres de la ligue des Etats arabes devrait voir un accord se concrétiser sur l’augmentation des ressources humanitaires dédiées à la guerre civile syrienne. Cette dernière vient d’entrer dans sa quatrième année et les centaines de milliers de réfugiés qu’elle provoque pèsent très lourd sur les pays voisins qui doivent les accueillir dans des conditions parfois très précaires.

Par ailleurs, le prince héritier d’Arabie saoudite a aussi accusé mardi la communauté internationale d’avoir “trahi” la rébellion syrienne, en manque d’armes dans sa guerre contre le régime du président Bachar al-Assad.

“La résistance syrienne légitime a été trahie par la communauté internationale, qui en a fait une proie facile à des forces injustes”, a déclaré le prince Salmane.

Le siège syrien disputé

Les chefs de l’opposition syrienne ont de leur côté fait pression pour hériter du siège de la Syrie au sein la Ligue arabe. Ils comptent aussi pousser les pays arabes à accepter la livraison “d’armes sophistiquées” aux rebelles dans leur lutte contre le régime syrien.

“Laisser libre le siège de la Syrie envoie un message (au président Bachar al Assad (…) : ‘tuez, tuez, le siège vous attend une fois la bataille terminée’”, a déclaré Ahmed Djarba, chef de la Coalition nationale syrienne, l’opposition en exil. “La réalité veut aussi que les ambassades syriennes soient également remises à la Coalition nationale”, a-t-il dit.

Le siège de la Syrie à la Ligue arabe restera vacant jusqu‘à ce que l’opposition parachève l‘établissement de ses institutions, avait déclaré le 9 mars le secrétaire général de l’organisation panarabe Nabil al-Arabi.

(Avec agences)