DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Chine peut-elle faire "la guerre à la pollution" ?

Vous lisez:

La Chine peut-elle faire "la guerre à la pollution" ?

Taille du texte Aa Aa

Pour la deuxième économie mondiale, faire la “guerre à la pollution” – comme le souhaite le Premier ministre Li Keqiang – se résume à équilibrer la balance entre croissance économique et protection de l’environnement.

Jusqu'à 500 000 morts prématurées dues à la pollution

D’après un ancien ministre chinois de la Santé, la pollution de l’air serait responsable de la mort prématurée de 350 000 à 500 000 personnes chaque année dans le pays.

La lutte contre la pollution est donc devenue l’une des priorités à Pékin, où le maire a promis d’y allouer 15 milliards de yuans (1,75 milliard d’euros).

D’autres mégalopoles, envahies par le smog et paralysées par les embouteillages, ont, elles aussi, entrepris d’améliorer leur qualité de l’air.

Limitation des nouvelles immatriculations

Comme la capitale chinoise, Shanghaï ou Canton, Hangzhou – métropole de neuf millions d’habitants – va ainsi réduire le nombre des nouvelles imatriculations délivrées tous les ans.

80 000 plaques seront distribuées chaque année, et ce, au gré du hasard. Une grande loterie sera organisée pour 80% des nouvelles plaques, les 20% restantes seront vendues aux enchères.

70% de l'énergie chinoise vient du charbon

Mais le trafic automobile n’est que le facteur aggravant d’une pollution endémique, provoquée par les centrales à charbon et les usines. Le charbon est la première source d‘énergie du pays : il représente 70% de la production globale.

Cependant, la Chine a fait des efforts, en prenant, en partie, le virage des énergies renouvelables. Désormais, un quart de l‘électricité est générée par l‘éolien, le solaire ou les centrales hydroélectriques.

La pollution coûte 220 milliards d'euros par an

Problème écologique, la pollution est aussi un problème économique pour la Chine.

D’après la Banque mondiale, les morts prématurées et les problèmes de santé générés par la pollution atmosphérique coûtent jusqu‘à 220 milliards d’euros par an au pays.