DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Coup de projecteur sur les projets de SportAccord


focus

Coup de projecteur sur les projets de SportAccord

Tous les sports étaient à l’honneur à l’occasion de la convention annuelle de SportAccord qui vient de se dérouler en Turquie, tout près d’Antalya.

L’organisation qui regroupe toutes les fédérations sportives de la planète a été créée il y a près d’un demi-siècle.

Peu connue du grand public, voire pas du tout, elle n’en joue pas moins un rôle majeur à en croire son directeur général, Vlad Marinescu.

Vlad Marinescu : “On s’aide les uns les autres en mettant en place une grande base de connaissances communes. On peut proposer aux fédérations des améliorations afin qu‘à l’avenir, elles puissent en bénéficier.”

Un exemple de cette plateforme commune est le hall d’exposition où vous pouvez discuter des projets de coopération avec différentes fédérations, essayer de trouver des sponsors ou des pays désireux d’accueillir de grands évènements sportifs.

Et vous pouvez vous adresser directement à l’une des personnes impliquées dans l’organisation de ces évènements.

Nis Hatt est l’organisateur de cette convention : “La convention SportAccord est en fait un grand rassemblement où vous pouvez rencontrer, six jours durant, les décideurs du monde du sport. C’est un lieu où vous pouvez agir sur la direction que prendra le sport dans le futur”.

Parmi les interlocuteurs présents à cette assemblée générale, la championne du monde de dames ou bien encore Sir Craig Reedy, le président de l’Agence mondiale antidopage.

Craig Reedy : “Nous avons noué une relation solide avec l’industrie pharmaceutique pour être au courant des nouveaux produits mis sur le marché, et être en mesure de les tester sans le dire à qui que ce soit. Mais il y a tant de médicaments illicites qui sont produits dans le monde que c’est une mission réellement difficile que la nôtre; nous en sommes bien conscients.”

Depuis mai 2013, SportAccord est dirigé par le président de la Fédération internationale de judo, l’Autrichien Marius Vizer.

Sa mission principale : assurer la promotion de sports confidentiels ou en perte de vitesse.

Marius Vizer : “Les progrès se verront dans les performances des athlètes des sports concernés aux Jeux olympiques ou lors des autres évènements majeurs. Je considère que l’argent généré par le sommet de la pyramide n’est pas assez bien réparti; il devrait davantage servir à financer le développement du sport à l’international.”

SportAccord organise déjà certaines compétitions comme les World Combat Games ou les World Mind Games.

De quoi faire de l’ombre au Comité international olympique ?

Il n’en a pas été question lors de cette convention où était pourtant présent le nouveau président du CIO, l’Allemand Thomas Bach.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

focus

L'Afrique a soif d'autosuffisance et de capitaux étrangers