DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

France : Jean-François Copé démissionnera le 15 juin de la présidence de l'UMP

Vous lisez:

France : Jean-François Copé démissionnera le 15 juin de la présidence de l'UMP

Taille du texte Aa Aa

Jean-François Copé a annoncé sa démission de la présidence de l’UMP à compter à compter du 15 juin. Cette annonce est intervenue lors d’un bureau politique du parti réuni à l’Assemble nationale ce matin.

Les trois anciens premiers ministres Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et François Fillon assureront la direction collégiale de l’UMP jusqu‘à un congrès extraordinaire à l’automne, a ensuite annoncé l’ancien président du Sénat Gérard Larcher. Toute la direction de l’UMP démissionne collectivement. Jean-François Copé a déclaré qu’il ne briguerait pas de mandat lors de ce congrès organisé après les sénatoriales de fin septembre.

“Copé n’a pas fait obstacle à sa démission, il a laissé le débat se dérouler” et en a tiré les conclusions, selon Jean-Pierre Raffarin.

Le député-maire de Meaux, qui continue de clamer son innonce, était sous pression extrême de ses pairs pour quitter son poste, où il a tenté de se maintenir jusqu‘à un congrès extraordinaire à l’automne, alors que flambe l’affaire dite Bygmalion. Cette société est soupçonnée d’avoir établi de fausses factures afin de financer la campagne du candidat Nicolas Sarkozy lors de la présidentielle de 2012.

Il a fini par consentir à abandonner la présidence qu’il avait conquise de haute lutte contre l’ex-Premier ministre François Fillon, auquel l’a opposé à partir de l‘élection contesté de novembre 2012, un interminable duel.

L’annonce de ce départ intervient alors que l’UMP fait face à l’une des crises les plus grave depuis sa naissance en 2002 : crise politique puisqu’elle a été devancée de 4 points aux européennes par le Front national et a perdu plus d’un tiers de ses 9 eurodéputés, crise judiciaire avec perquisition à son siège pendant toute la nuit et développement du dossier Bygmalion qui atteint désormais l’ex-chef de l’Etat sur fond de soupçons de fausses factures et comptes de campagne faussés.

AFP