DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Parlement européen : quelles solutions pour la coalition face aux partis extrémistes ?

Vous lisez:

Parlement européen : quelles solutions pour la coalition face aux partis extrémistes ?

Taille du texte Aa Aa

Au Parlement européen, la bataille des urnes tourne à la lutte pour le pouvoir. Qui va diriger le Parlement de l’UE, la Commission et le Conseil ? Les partis extrémistes et populistes ont gagné près d’un quart des sièges dans cette élection ce qui oblige les courants de gauche et de droite à opérer de facto une grande coalition. Comment cette coalition va-t-elle opérer avec le nouveau leadership et les politiques européennes sur les questions de la lutte contre le chômage, la crise financière, l’immigration ou le marché unique ? Dans cette course à la présidence de la Commission européenne y aura-t-il confrontation entre le Parlement et les leaders européens au Conseil ?

Pour discuter de ces questions, Chris Burns reçoit Paulo Rangel, Vice-Président portugais du groupe parlementaire du PPE. Pour ce dernier, cette nouvelle configuration politique “va exiger davantage de compromis entre les partis du centre, c’est-à-dire la grande coalition, les verts, les libéraux, le PPE , les sociaux démocrates et même l’ECR, les Conservateurs et Réformistes européens”.

Kathleen Van Brempt, membre belge des Socialistes et Démocrates au Parlement européen est sur la même ligne que Paulo Rangel. “Je suis d’accord avec mon collègue, ce que nous devons faire, c’est trouver les bons compromis et la façon d’aller de l’avant avec l’Europe. Je pense que c’est ce que les gens nous demandent, de leur donner des solutions et de ne pas se polariser”, dit-elle.

Gerolf Annemans, membre nouvellement élu au Parlement européen et président du parti belge d’extrême droite Vlaams Belang, considéré comme l’un des groupes anti-immigration au Parlement, estime pour sa part que ses deux interlocuteurs dans ce débat sont “des fédéralistes”. Il affirme que “les États membres doivent rester la pierre angulaire de l’Europe. Nous voulons redonner du pouvoir aux États membres”, assure-t-il.