DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

France : les revenus du trafic de drogue intégrés au calcul de la richesse nationale


monde

France : les revenus du trafic de drogue intégrés au calcul de la richesse nationale

L’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) s’est prononcé hier, mardi 17 juin : il ne prendra pas en compte les revenus de la drogue pour le calcul du Produit intérieur brut (PIB) français.

Eric Dubois, directeur des études et synthèses économiques à l’INSEE a déclaré qu’ils “intégreront [le trafic de drogue] pour les besoins de la politique européenne, notamment pour l‘établissement du Revenu national brut (RNB) […]”.

L’INSEE s’est donc refusé à intégrer les revenus du trafic de drogue dans son calcul du PIB comme les nouveaux règlements communautaires l’exigent. L’année dernière, Eurostat, l’Institut européen de la statistique demandait aux États membres de l’Union Européenne (UE) d’inclure les activités illégales créatrices de richesses telles que la prostitution et le trafic de drogue dans les statistiques nationales, partant du principe qu’il s’agit de transactions commerciales faites d’un commun accord.

Même combat pour la prostitution

Eric Dubois explique que l’INSEE ne changera pas non plus son mode de calcul pour la prostitution, estimant déjà prendre en compte “tout ce qui est de la prostitution discrète, c’est-à-dire de la prostitution qui se cache derrière d’autres activités”.
En ce qui concerne la prostitution de rue, l’INSEE considère que celle-ci n’entre pas dans les critères de consentement mutuel exigés par Eurostat, étant donné qu’elle est plutôt le fait de réseaux mafieux et de la traite de personnes en situation de faiblesse.

L’Institut délivrera donc son évaluation du RNB français à la Commission européenne en septembre prochain en incluant les revenus du trafic de drogue. Ce calcul servant à déterminer les contributions de chaque Etat membre au budget total de l’UE.

Prochain article

monde

Amnesty International traite la torture avec humour