DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Schumacher : enquête sur le vol du dossier médical, proposé à la vente aux médias


monde

Schumacher : enquête sur le vol du dossier médical, proposé à la vente aux médias

La police enquête sur le vol d’un document médical rédigé à propos de l’ancien pilote Michael Schumacher avant son transfert de Grenoble à Lausanne, et proposé pour environ 50.000 euros à plusieurs journaux, ce qui constitue un nouveau dérapage dans cette affaire à fort retentissement médiatique.

L’enquête a été ouverte la semaine dernière après le dépôt de deux plaintes de l’hôpital de Grenoble et de la famille Schumacher pour vol et violation du secret médical.

Le document volé, un rapport de synthèse qui compterait 11 ou 12 pages, a été rédigé par le médecin grenoblois du septuple champion de Formule 1 en vue d‘être transmis à son homologue suisse, dans le cadre du transfert du pilote de Grenoble vers Lausanne.

“Le ou les auteurs du vol ont contacté un certain nombre de journalistes français, suisses et allemands. Cet individu, qui communique par mail, demande 60.000 francs suisses (49.300 euros, ndlr) pour fournir le document d’une dizaine de pages, résumé de tout ce qui s’est passé à Grenoble durant l’hospitalisation de Michael Schumacher”, a dit à l’AFP Jean-Yves Coquillat, procureur à Grenoble.

“Pour justifier ses dires, il fournit une partie de ce rapport qui permet de penser qu’il est en possession du dossier”, a ajouté le magistrat. Il est “probable” que ce rapport médical ait été volé à Grenoble mais “ce n’est pas établi”, a-t-il précisé.

Les policiers grenoblois sont en train de retracer “l’emploi du temps” de ce rapport médical, en interrogeant toutes les personnes qui auraient pu l’avoir entre les mains. Parallèlement, le CHU de Grenoble mène un audit informatique interne afin de détecter une éventuelle intrusion dans son système informatique, selon une source proche de l’enquête.

La porte-parole de Michael Schumacher, Sabine Kehm, a annoncé lundi soir dans un communiqué que la famille du champion allemand porterait plainte chaque fois qu’un média publierait ces documents. “Les données du dossier médical sont hautement confidentielles et ne peuvent pas être rendues accessibles au public”, a-t-elle rappelé.

L’hôpital avait pourtant pris des mesures très strictes pour protéger le dossier de Michael Schumacher, en interdisant à son personnel de le consulter via le système informatique interne. Des rappels en ce sens étaient envoyés régulièrement aux médecins et aux infirmiers. L’accès à la chambre du champion allemand, hospitalisé à Grenoble après un grave accident de ski en décembre 2013 à Méribel (Savoie), était protégé par un vigile 24H/24 et 7 jours sur 7.

Au début de son hospitalisation, un journaliste allemand déguisé en prêtre avait tenté de s’y introduire. Plusieurs autres personnes ont tenté de faire de même dans les semaines suivantes, sans doute pour prendre des photos ou des vidéos. Sa porte-parole avait demandé à maintes reprises aux médias le respect de la vie privée du pilote.

Des journalistes allemands avaient en outre dit à l’AFP s‘être vu proposer contre rémunération des photos de Schumacher inconscient prises à l’intérieur de l’hôpital. Ces clichés n’ont jamais été publiés. Depuis son hospitalisation, l‘état de santé de Michael Schumacher donne lieu à un flot de rumeurs, dans un contexte de fort emballement médiatique.

Environ 150 reporters du monde entier avaient afflué à Grenoble après son accident. Une dizaine de journalistes étaient revenus un mois plus tard après la diffusion sur les réseaux sociaux d’une rumeur le disant mort, pourtant démentie par l’hôpital. “Si son dossier médical a été volé, c’est navrant”, a réagi mardi Olivier Véran, député PS de l’Isère et médecin neurologue au CHU de Grenoble.

Souvent sollicité par les médias à propos de l‘état de santé du pilote, M. Véran affirme avoir “toujours refusé” qu’on lui parle du dossier. “Ça n’aide pas d’avoir une pression médiatique quand on soigne quelqu’un”, dit le parlementaire, saluant le “professionnalisme et le sang-froid” du personnel du CHU.

(AFP)

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Scandale des écoutes en Pologne : le Premier ministre dénonce "une tentative de déstabilisation"