DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

France : Thomas Thévenoud, mais que payait-il au juste ?


monde

France : Thomas Thévenoud, mais que payait-il au juste ?

Il ne faut plus parler désormais de l’affaire Thévenoud mais DES affaires Thévenoud. A chaque jour sa révélation…Ce jeudi dans le Journal de Saône-et-Loire, un kinésithérapeute installé dans la commune de Blanzy a raconté que le député avait mis presque deux ans pour lui payer une facture. Après trois lettres de relance, dont la dernière a été remise à Thomas Thévenoud en mains propres, il a fallu que le kiné fasse appel à un huissier. Par ailleurs, selon Le Parisien, qui s’appuie sur des sources d‘élus locaux du département de Saône-et-Loire, l’homme politique n’aurait pas payé des procès verbaux qui lui auraient été infligés lorsqu’il utilisait sa voiture de fonction en tant que vice-président de la Communauté urbaine Le Creusot-Montceau de 2008 à 2012. Thomas Thévenoud est justement député de la 1ère circonscription de Saône-et-Loire depuis le 20 juin 2012. Ces nouvelles histoires s’ajoutent aux affirmations du Canard Enchaîné publié mercredi. L’hebdomadaire satirique indique qu’il a “oublié” de payer le loyer de son appartement parisien pendant trois ans. Le député se justifie en évoquant une “phobie administrative” et explique qu’il a fini par régler le montant des arriérés.

Cette étonnante justification vaut déjà à Thomas Thévenoud des railleries de son ancien camp socialiste (Il a décidé, selon sa propre expression, de se “mettre en retrait” du PS) et de l’opposition de droite. “Si j‘étais d’humeur badine, a déclaré en effet la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, je dirais qu’il a besoin de voir un médecin”. Le député de l’UDI (centre-droit), Hervé Morin, tape encore plus fort : “C’est un crétin. Il a desservi une fois de plus toute la vie politique. Cela relève, non pas de la phobie administrative, mais de la psychiatrie”. Il est vrai que les conséquences politiques n’ont pas fini de se faire ressentir alors que l’extrême-droite française surfe déjà sur la défiance de plus en plus forte des électeurs à l‘égard des partis traditionnels de gauche comme de droite. Thomas Thévenoud a fait un passage éclair de neuf jours au gouvernement socialiste, au poste de secrétaire d’Etat chargé du commerce extérieur; il a été débarqué parce qu’il n’avait pas payé ses impôts, mais on peut maintenant penser qu’il n’aurait jamais dû y entrer. La rentrée était déjà suffisamment accablante pour le pouvoir.

Enfoncé jusqu’au cou dans les sables mouvants des scandales successifs, l’ex-membre du gouvernement s’accroche à la branche qui lui reste, son siège de député. Ses collègues sont nombreux à souhaiter ne pas le revoir sur les bancs de l’Assemblée nationale, faisant valoir le devoir d’exemplarité que devrait respecter chaque élu. “Les brebis galeuses, il y en a partout, assène le ministre du Travail, François Rebsamen, et là, il y en a une”. Le chef des députés du parti de droite UMP, Christian Jacob, a réclamé une enquête fiscale pour savoir s’il y a eu fraude de la part de Thomas Thévenoud. Ce dernier s’est défendu dans le Journal de Saône-et-Loire : “L’enchaînement de négligences choquantes (…) ne fait pas de moi un fraudeur”. Il affirme à ce quotidien que ses impôts “ont été intégralement acquittés le 1er septembre 2014, pour un montant de 41 475 euros, dont 12 593 euros de pénalités”. Quoiqu’il en soit, le député UMP du Rhône, ancien magistrat, Georges Fenech, annonce qu’il va déposer une proposition de loi, visant à créer une procédure de déchéance d’un parlementaire en cas de manquement déontologique.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Non, la photo de François Hollande au sommet de l’OTAN n’a pas été recadrée